Nancy Beaulieu et Martin Bélair retrouvés?

La Granbyenne Nancy Beaulieu manquait à l'appel depuis... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

La Granbyenne Nancy Beaulieu manquait à l'appel depuis mardi soir.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Il se pourrait bien que les deux corps découverts dans la nuit de jeudi à vendredi dans le coffre d'une voiture soient ceux de la Granbyenne Nancy Beaulieu et de Martin Bélair, respectivement gérante et propriétaire du Cabaret Flamingo, à Saint-Hyacinthe.

Les deux individus, à qui certains prêtent une discrète idylle, étaient portés disparus depuis mardi dernier. Mme Beaulieu, 41 ans, avait été vue pour la dernière fois au salon de bronzage Cabana Sol vers 18 h 30, tandis que M. Bélair, 37 ans, aurait été aperçu un peu plus de trois heures plus tôt. Il s'apprêtait à prendre la route vers la rive sud de Montréal.

Autopsie

Bien que «certains éléments de l'enquête indiquent que la découverte pourrait être reliée à la disparition de Martin Bélair et de Nancy Beaulieu», il était encore trop tôt hier pour établir avec certitude l'identité des victimes, a fait savoir Christine Coulombe, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Une autopsie sera pratiquée aujourd'hui pour identifier formellement les deux corps découverts dans le coffre d'une voiture stationnée dans la rue de la Gare par le service municipal de police de Mascouche.

La Sûreté du Québec traite ce dossier comme un double homicide et invite les personnes ayant des informations permettant de faire avancer l'enquête à les communiquer de manière confidentielle­ au 1-800-659-4264.

«Tout était clean»

Les policiers de la Sûreté du Québec ont rencontré samedi Martin Bériault, qui était propriétaire du Cabaret Flamingo jusqu'à il y a environ six mois, quand il a vendu l'établissement à Martin Bélair, pour qu'il leur communique ce qu'il savait des victimes et de l'entreprise.

Ce dernier a également affirmé au quotidien La Presse que rien ne laissait présager un tel drame. «Ce n'est pas un bar qui avait des problèmes avec le crime organisé. Tout était clean. Je ne sais pas dans quoi [M. Bélair] trempait, ni rien. Je n'ai aucune idée de ce qui s'est passé», a indiqué celui qui a travaillé pendant près de huit ans avec Mme Beaulieu.

«Nancy était une perle. C'était une employée fidèle. Elle ne buvait pas et ne se droguait pas non plus. Je n'ai jamais eu de problèmes avec elle. Je suis sous le choc», a-t-il ajouté.

Il a offert ses condoléances aux familles.

- Avec la collaboration de Jasmin Lavoie, La Presse

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer