Bibliothèque municipale

Granby fait figure de parent pauvre

La bibliothèque municipale de Granby fait figure de... (Photo Alain Dion)

Agrandir

La bibliothèque municipale de Granby fait figure de parent pauvre en matière de dépenses par habitant, selon l'Enquête annuelle sur les bibliothèques publiques du Québec. Granby est devancée en la matière par la majorité des villes de la région et même des villes québécoises de taille comparable.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) La Ville de Granby investit peu dans sa bibliothèque, selon l'Enquête annuelle sur les bibliothèques publiques du Québec. La majorité des villes de la région, et même des villes québécoises de taille comparable, devancent Granby en la matière, a constaté La Voix de l'Est.

Si on ne tient compte que de la population de Granby en 2013 (65 945 personnes), année où l'enquête a été réalisée, les dépenses dans la bibliothèque Paul-O.-Trépanier s'élèvent à 24,32$ par habitant. Ce nombre chute même à 17,76$ en tenant compte de l'ensemble de la population (90 303 personnes) qui est desservie par la bibliothèque, soit par le biais d'un protocole d'entente avec 11 municipalités environnantes. C'est d'ailleurs ce dernier chiffre qui apparaît dans l'Enquête.

En comparaison, les dépenses de la ville de Bromont dans sa bibliothèque municipale s'élèvent à 43,98$ par habitant, à Magog, à 43,60$, et à Cowansville, à 41,80$. À Farnham, elles sont de 16,77$. Dans les municipalités de taille comparable, les dépenses de la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu dans ses trois bibliothèques sont de 32,49$ par habitant, tandis qu'elles sont de 28,38$ à Saint-Hyacinthe et de 25,96$ à Drummondville.

Information importante: les «dépenses» comprennent «les dépenses de fonctionnement relevant de la gestion courante d'une bibliothèque (dépenses consacrées au personnel, à l'acquisition des ressources documentaires, dépenses informatiques, etc.) et les dépenses d'investissement», a expliqué Claire-Hélène Lengellé, responsable des relations avec les médias à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BANQ), organisme à l'origine de l'Enquête annuelle.

Comparable

«C'est sûr que notre bibliothèque a des faiblesses. Elle manque entre autres de postes informatiques. Mais pour le reste, c'est comparable», a réagi le directeur du service à la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire, Patrice Faucher. «Si on demande aux gens la différence entre la bibliothèque de Bromont et celle de Granby, malgré ses limites, celle de Granby est quand même supérieure», estime-t-il.

Avec des dépenses totales de 1,6 million$ en 2013, la bibliothèque demeure par ailleurs «l'équipement où on investit le plus à Granby», précise Patrice Faucher.

Ce dernier tend aussi à prendre les chiffres avec un grain de sel. «Il faut voir ce qui est inclus ou non. Ce n'est pas tout le monde qui calcule de la même façon. Ultimement, ce qui est important, c'est de savoir si la prestation de services répond aux besoins de la population. Et le score a été assez élevé dans les derniers sondages de satisfaction réalisés», fait valoir le directeur.

«On ne nie pas qu'il y a des améliorations à faire et que l'installation est vieillissante et a besoin d'être rafraîchie. Mais on a quand même une collection qui semble satisfaire les usagers», estime Patrice Faucher.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer