Le FIER Montestrie refuse d'ouvrir ses livres

Le FIER Montestrie a investi 250 000 $... (photo tirée du site internet de Muzo)

Agrandir

Le FIER Montestrie a investi 250 000 $ dans Muzo Hôtel de Lachine, un établissement hôtelier pour chiens et chats.

photo tirée du site internet de Muzo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Granby) On ne saura pas si le Fonds d'intervention économique régional Montestrie a respecté ses engagements d'investissement dans la région. Le FIER, qui regroupe une douzaine d'investisseurs privés, garde secrète la liste des entreprises dans lesquelles des investissements ont été effectués depuis 2005.

Malgré des demandes répétées depuis le mois d'octobre de La Voix de l'Est, le gestionnaire du FIER Montestrie, Mario Duguay, refuse de dévoiler les noms des entreprises qui ont obtenu du financement. M. Duguay a indiqué ne pouvoir communiquer de telles informations en raison de leur aspect confidentiel. Il a cependant dit que le FIER Montestrie respectait le minimum de 50% des investissements devant être faits dans des entreprises de la région. Environ 65% des investissements ont été faits dans des entreprises de la région, a-t-il dit. Il n'a offert aucune preuve à cet effet.

Lancé en 2005, le FIER Montestrie compte sur un capital de 7,3 millions de dollars. De ce montant, 4,8 millions de dollars proviennent d'Investissement Québec, une société de l'État québécois. Desjardins y a investi 3%.

Investissement Québec a mandaté le FIER Montestrie pour offrir du capital de risques à des entreprises de la région, soit dans les MRC de la Haute-Yamaska, Brome-Missisquoi et d'Acton.

Or, au printemps 2009, le Parti québécois, alors dans l'opposition, a rapporté que plusieurs FIER investissaient dans des entreprises à l'extérieur de leur territoire désigné. Dans le cas du FIER Montestrie, selon des documents obtenus alors par La Voix de l'Est auprès d'Investissement Québec, cinq entreprises à l'extérieur de la région avaient obtenu ensemble deux millions de dollars de financement, notamment des PME à Drummondville, Victoriaville, Richelieu, Québec ainsi que le Muzo Hôtel de Lachine, un établissement hôtelier pour chiens et chats. Un montant de 250 000$ avait été accordé à cette entreprise. À l'époque, Mario Limoges, alors gestionnaire du fonds, avait affirmé que les entreprises choisies étaient de la région.

En tout et pour tout durant cette période (2005-2009), le FIER Montestrie avait également investi dans six entreprises de Granby et de Bromont, des investissements totalisant 2,1 millions de dollars. Aucun investissement n'avait été réalisé dans les MRC Brome-Missiquoi (Bromont était à l'époque dans la MRC de la Haute-Yamaska) et d'Acton.

Au terme de ce battage médiatique et de l'embarras causé dans le gouvernement libéral, Investissement Québec avait resserré les règles.

Depuis lors toutefois, impossible d'obtenir des informations de la part d'Investissement Québec.

Fin des ententes

Les ententes entre Investissement Québec et les différents FIER créés entrent dans leur dernière année (2005-2015). À moins de les prolonger, les FIER doivent commencer à rappeler leurs derniers investissements et à rembourser Investissement Québec, a expliqué sa porte-parole, Chantal Corbeil.

En entrevue, MmeCorbeil a refusé de nous transmettre des informations sur le FIER Montestrie, indiquant qu'elles sont confidentielles. C'est aux dirigeants du FIER de le faire, a-t-elle dit.

Lorsque nous avons relancé cette semaine le gestionnaire du FIER Montestrie à ce sujet, M. Duguay nous a écrit en disant qu'Investissement Québec refusait qu'il nous remette le rapport annuel préparé pour l'organisme étatique.

Le FIER Montestrie a investi dans 25 entreprises depuis sa création, a-t-on pu apprendre de M. Duguay. Du lot, 12 dossiers sont encore actifs, ce qui veut dire que les entreprises n'ont pas encore remboursé les prêts. Entre 25 et 30% des 7,3 millions de dollars investis depuis le début des activités du FIER restent à récupérer, selon les estimations de M. Duguay.

Une entreprise, Parabox, un fabricant de salle blanche, a fait faillite en 2012. Le FIER Montestrie a perdu les 200 000$ investis.

Deux autres entreprises dont les dossiers sont actifs éprouvent des difficultés financières, a dit M. Duguay. Pavnat, un fabricant de pavé uni à Bromont, a aussi fait faillite. Les 500 000$ investis auraient été récupéré, a dit M. Duguay.

Le gestionnaire est d'avis que la douzaine d'investisseurs du FIER récupéreront leur mise de fonds initiale. «Ils n'ont pas fait ça pour faire de l'argent», a-t-il dit.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer