Décret de la population 2015: Saint-Joachim-de-Shefford et Bromont sur la pente ascendante

La population de Bromont ne cesse de croître... (Photo Julie Catudal)

Agrandir

La population de Bromont ne cesse de croître d'année en année.

Photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Miser sur les familles et l'éducation, c'est le pari qu'a pris Saint-Joachim-de-Shefford il y a plusieurs années pour attirer de nouveaux résidents et le résultat est concluant. La municipalité enregistre l'une des croissances démographiques les plus élevées dans la région. Bromont, qui arrive juste derrière, met l'accent sur les emplois et les services pour arriver à poursuivre l'expansion de sa population.

«Depuis les huit dernières années, avec le départ du programme international à notre école, la locomotive a commencé à attirer les familles, analyse le maire de Saint-Joachim-de-Shefford, René Beauregard. Le bouche-à-oreille s'est fait et ça a fait en sorte qu'on a au-delà d'une centaine de maisons qui se sont bâties dans les dernières années.»

Le dynamisme qui règne dans le village attirerait de nouvelles familles, selon lui. La population atteint 1318 habitants en 2015, ce qui représente une augmentation de 3,78%. Les statistiques proviennent du décret de population de 2015, paru dans la Gazette officielle du Québec et qui se base sur les estimations de l'Institut de la statistique du Québec. 

«Ce qui est le fun, c'est que beaucoup de nos enfants qui étaient partis à l'extérieur reviennent s'établir à Saint-Joachim, indique M. Beauregard. Le plus beau cadeau qu'on peut avoir, c'est d'avoir nos jeunes qui reviennent chez eux et qui sont fiers de revenir ici.» À cela s'ajoute la vente de terrains à des particuliers par la municipalité, ce qui permet de les vendre au prix du marché, sans en faire un intérêt pécuniaire. Et la municipalité peut se permettre ainsi de prendre son temps pour développer son territoire. Et qui dit nouvelles constructions, dit augmentation de la richesse foncière.

Vigueur à Bromont

Les nouvelles constructions et l'arrivée de nouvelles familles aident aussi Bromont dans son développement, mais «ce n'est pas nécessairement les nouvelles constructions qui amènent des résidents permanents. C'est parfois le choix que font des gens de transformer leur résidence secondaire en résidence permanente, commente la mairesse Pauline Quinlan. C'est un bon indicateur de la dynamique de notre ville.»

La Ville maintient son approche d'offrir des services appréciés de sa population. «À Bromont, le virage qu'on a pris au début des années 2000, c'est d'être une ville branchée qui offre un grand ensemble de services et qui offre aussi à ses résidents la possibilité de faire du télétravail, ça a été certainement important pour nous.» La majorité de son territoire est desservie par Internet haute vitesse, ce qui devient un atout, selon elle. 

La population de Bromont atteint maintenant 8714 personnes. Il s'agit d'une croissance de 3,28%. «C'est un indicateur d'une certaine vitalité», croit la mairesse, qui aime bien regarder le portrait des MRC Brome-Mississquoi et Haute-Yamaska, ainsi que d'autres régions de la province. «On travaille tous pour s'assurer que l'activité économique est vigoureuse et c'est ça qui fait qu'on est capable de garder nos jeunes et d'en attirer de nouveaux. Tout le secteur de l'emploi, du développement touristique, c'est à mon point de vue des pôles essentiels.» Ce sont des avantages qui font la différence, fait-elle valoir. Au niveau touristique, des installations comme les sentiers, le vélodrome et le centre national de cyclisme attireraient tant de nouvelles familles que des jeunes ayant grandi à Bromont, sans oublier le Cégep de Granby, à proximité.

Décroissance à Bedford

Après avoir connu une croissance de sa population, Bedford la voit chuter de 130 personnes, pour s'arrêter à 2572 habitants, ce qui représente une baisse de 4,81%. Seul le Canton de Bedford a une plus forte décroissance dans la région, soit de 4,96%. «On ne sait pas pourquoi, lance d'entrée de jeu le directeur général de Bedford, Yvon Labonté. C'est assez bizarre.»

Les données étant trop récentes, la municipalité n'avait pas eu le temps, hier, de les analyser. Il se questionne toutefois sur la méthodologie pour en arriver à ce résultat. Bedford n'est pas la seule à perdre des résidents. C'est le cas notamment de Lac-Brome (-2,55%), de Roxton Pond (-2,49%), de Saint-Césaire (-1,97%), de Shefford (-1%) et de Stanbridge Station (-4,36%).

Granby et MRC

La ville de Granby a accueilli 505 personnes de plus. Sa population a augmenté de 0,77% et est maintenant de 66 535 habitants. La ville se loge au seizième rang des municipalités les plus populeuses au Québec. Quant aux municipalités régionales de comté (MRC), la population de celles de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi a cru de plus de 300 personnes, dans les deux cas.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer