NON aux pipelines d'Enbridge et de Keystone XL !

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Le 6 décembre 2014, vous avez publié mon opinion sur la visite de Jim Prentice, P.M. de l'Alberta venu nous vendre son pétrole sale et son pipeline Ouest-Est. Les congressistes (députés U.S.A.) et les sénateurs américains républicains veulent la construction immédiate du pipeline XL de l'Alberta vers le Texas et vont voter le 8 janvier ou plus tard. Tous veulent plus de pétrole à transformer aux «States» à leur profit.

Si Jim a lu La Presse du 6 janvier, il a vu le prix du baril de brut à 50,04 $ US. Ses compagnies albertaines doivent obtenir au moins70 $ US le baril pour être rentables.

Arrêtons les investissements et disons adieu aux royautés versées à l'Alberta. Cette dernière s'appauvrit malgré ses promesses de décembre. On ne doit pas construire de pipeline de l'Alberta vers Cacouna ou le Nouveau-Brunswick.

Je disais à la fin de mon texte du 6 décembre 2014: «Pourquoi extraire aujourd'hui à peu de profit ce pétrole pour enrichir les compagnies et les USA», il faut se rendre compte que le profit n'est plus là.

Pourquoi le docteur Couillard encouragerait-il l'extraction du pétrole du golfe du Saint-Laurent dans un tel contexte? Rappelons que c'est ce pétrole très polluant qui a fait brûler Lac Mégantic, et que nous, Québécois, payons la grosse facture du nettoyage et de la reconstruction. Il y a d'autres alternatives pour le Québec.

Si Jim, les députés et sénateurs républicains lancent la construction du pipeline K.XL, c'est qu'ils voient à très court terme pour l'élection présidentielle de novembre 2016. Avec cette stratégie, ils pensent gagner, mais courent à leur perte.

À la Bourse de New-York, ce lundi 5 janvier 2015, la chute du prix du baril à50,04 $ US en raison des inquiétudes sur l'abondance de l'offre (+4%) et la baisse de la demande mondiale (-2%) provoque la hausse dudollar américain, mais en même temps plombe l'économie surtout européenne.

Même nos banques canadiennes écopent, la Banque Nationale a perdu 4,9% de la valeur de son action (Voir La Presse, 6 janv. cahier Affaires page 2). Les républicains électoralistes ne voient pas que l'Arabie Saoudite et ses voisins vont maintenir à la baisse le prix du brut. Les compagnies pétrolières vont voir dégringoler leurs profits et arrêter les investissements.

L'année 2015, et peut-être 2016, vont être à l'avantage des consommateurs québécois (sauf le tourisme vers l'étranger, car le dollar canadien recule), mais au désavantage de l'économie mondiale à moyen terme.

Une crise économique se prépare si nos dirigeants continuent à sabrer dans les dépenses et à pratiquer la théorie républicaine capitaliste de désengagement de l'État des programmes sociaux. Bonne année 2015 malgré tout.

 

Jean R. Petit

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer