Fermeture de l'unique dépanneur/station-service à Warden

Le dépanneur Boni-Soir et la station-service Shell de... (photo Janick Marois)

Agrandir

Le dépanneur Boni-Soir et la station-service Shell de Warden fermeront leurs portes d'ici le 31 janvier prochain.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Warden) Le contexte économique difficile a eu raison de la seule station-service/dépanneur de Warden. Le propriétaire de l'endroit fermera ces commerces d'ici le 31 janvier prochain pour ne conserver que son garage de mécanique attenant.

Une décision pénible que Jean Parent n'a pas prise de gaieté de coeur. Hier, lui et sa conjointe ont accepté d'en parler du bout des lèvres, visiblement déçus de la tournure des événements. L'homme d'affaires a acquis l'atelier de mécanique et de carrosserie, jumelé à la station-service, il y a 30 ans. Vingt ans plus tard, il a ajouté le dépanneur «pour rentabiliser l'essence», rappelle-t-il.

Dans ce village de 366 habitants, l'offre de services est mince. Le dépanneur Boni-Soir et la station-service Shell venaient combler un besoin.

Mais, après toutes ces années à gérer trois commerces, à un rythme «de 7 jours et 7 soirs par semaine», M. Parent a décidé de limiter ses activités pour consacrer son énergie à son garage.

La lourdeur administrative a aussi pesé dans la balance. «On a été plus que choyés par les employés de semaine, mais il fallait gérer le roulement des employés de fin de semaine», confie M. Parent.

Sans compter que d'autres frais étaient à prévoir pour le remplacement d'un réservoir à la station-service.

«C'est un petit village, alors ça rend la décision encore plus difficile. Ça nous a fait chaud au coeur de voir à quel point les gens nous encourageaient. Pas seulement les résidants de Warden, les clients de passage aussi. C'était un plaisir, c'était très friendly comme ambiance.»

Dans une lettre écrite dans la nuit de dimanche à l'intention de ses clients, M. Parent les remercie «infiniment» de leur encouragement des 30 dernières années.

Le commerçant, qui loge au-dessus du dépanneur, ne sait pas encore ce qui adviendra du local vide après la fermeture.

«C'est plate»

Croisés hier, des clients de la station-service et du dépanneur semblaient attristés de la situation. «Je viens juste de l'apprendre et ça me fait quelque chose. Les gens sont sympathiques ici, a laissé savoir Daniel Proulx. Je viens à l'occasion au dépanneur et je m'arrête pour mettre de l'essence, car j'habite Lawrenceville et je passe ici pour aller travailler. C'est plate.»

«C'est décevant comme nouvelle, a pour sa part affirmé Marcel Bessette de Saint-Joachim-de-Shefford, qui s'arrête régulièrement à la station d'essence en passant. Je ne connais pas l'achalandage du commerce, mais je sais que ça avait un peu baissé. On va devoir aller ailleurs, même si ça demande de faire un détour...»

Jessie Wheeler habite quant à lui à «trois maisons» du dépanneur. Hier, il sortait justement du commerce avec ses petits achats. «Je viens ici chaque jour, a-t-il dit. C'est le seul dépanneur qu'on a à Warden. Ça va changer nos habitudes. Il va maintenant falloir aller à Waterloo.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

 

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer