Pacte rural: sept projets retenus dans la région

Le Pacte rural a des effets concrets dans... (photo Janick Marois)

Agrandir

Le Pacte rural a des effets concrets dans le milieu. Alexandre est l'un des participants au programme Passage Plus, qui permet à des jeunes décrocheurs de retourner aux études.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Waterloo) L'appel d'offres du Pacte rural a été favorable à sept projets en Haute-Yamaska cette année. Ceux-ci se sont partagé 253 704$.

Le projet de Musée à ciel ouvert de Commerce et tourisme Granby Région a reçu la grosse part du gâteau avec un soutien financier de 95 000$. Ce projet estimé à 722 486$ prévoit l'aménagement de huit salles d'exposition extérieures longeant le réseau cyclable de la Haute-Yamaska.

La Ville de Waterloo a pour sa part obtenu 31 000$ sur les 41 749$ que coûte son Plan de développement durable prévu pour les 15 à 20 prochaines années.

Un montant de 32 800$ permettra à la municipalité de Saint-Joachim-de-Shefford d'aménager un sentier multifonctionnel autour du développement résidentiel de son village. Ce projet accessible à longueur d'année est évalué à 54 872$.

La seconde phase du sentier du parc des Montagnards à Shefford, qui consiste à compléter le tracé en boucle et à agrandir le stationnement pour 67 617$, pourra compter sur un octroi de 4617$ du Pacte rural.

Le programme viendra aussi en aide, à hauteur de 21 263$, à la future Maison des jeunes de Saint-Alphonse-de-Granby. Ce projet majeur, qui s'élève à un peu plus de 300 000$, veut offrir aux adolescents un lieu de rassemblement agréable et maximiser l'animation du terrain des loisirs de la municipalité.

À Waterloo, l'agrandissement et la rénovation de la cuisine du centre communautaire de la fabrique de la paroisse Saint-Bernardin, qui nécessitera un investissement de 52 000$, recevra de son côté un coup de pouce de 30 000$.

Le Carrefour Jeunesse Emploi de Waterloo a quant à lui droit à 39 025$ pour élargir son programme Passage Plus aux raccrocheurs de plus de 20 ans, une initiative de 91 980$.

C'est d'ailleurs à cet endroit que le CLD tenait son point de presse, hier. Deux participants de Passage Plus ont témoigné des bienfaits du programme sur leur cheminement. Pour Alexandre, ce retour aux études lui permet d'augmenter ses objectifs, d'apprendre à son rythme, mais aussi de développer ses habiletés sociales. «J'apprends à être amical avec tout le monde», dit-il candidement. Le fait de côtoyer des enseignants plus aidants et plus attentifs à ses besoins contribue, selon lui, à sa réussite.

Même chose pour sa collègue Camille, qui assure que sans Passage Plus, elle «ne serait pas à l'école et n'avancerait pas son secondaire». «Il y a moins de jeunes que dans une classe normale et les profs ont plus de temps pour nous», fait-elle remarquer.

Le budget du Pacte rural en Haute-Yamaska s'établissait à 291 488$ en 2014. C'est donc dire que le montant non utilisé s'ajoutera à l'enveloppe de 2015, qui atteindra 329 271$.

De nouvelles règles

Par ailleurs, de nouvelles règles de fonctionnement s'appliqueront au Pacte rural dès l'an prochain, 2014 ayant été une année charnière entre la 2e et la 3e Politique nationale de la ruralité, qui devrait être maintenue jusqu'en 2019.

Les élus de la Haute-Yamaska ont profité de l'occasion pour cibler les grandes priorités régionales d'intervention: le développement et le renforcement du tissu social; l'emploi, les services de proximité et le développement économique; l'environnement, le développement durable et la protection des services écologiques; la rétention des jeunes et des aînés; le développement agroalimentaire et l'occupation du territoire.

Des changements ont aussi été apportés au chapitre des projets admissibles et des dépenses admissibles. Le but: mieux investir les sommes en favorisant l'effet de levier régional des projets retenus.

Le président du CLD et maire de Saint-Joachim, René Beauregard, a rappelé l'importance du Pacte rural, mentionnant au passage que les retombées économiques dans le milieu étaient considérables. «Ce sont des montants importants qui peuvent faire de grands changements dans notre communauté. Ça a un impact réel.» D'où l'importance, selon lui, de ne pas faire de «saupoudrage», mais d'y aller plutôt «au mérite».

L'appel de projets pour l'année 2015 est déjà en cours. Un formulaire préliminaire doit être déposé avant le 23 janvier prochain auprès de la municipalité où doit se réaliser le projet. Les promoteurs auront ensuite jusqu'au 20 février pour remettre leur projet final au CLD de la Haute-Yamaska. Ceux-ci sont toutefois invités à communiquer avec le conseiller en développement de la ruralité, Samuel Gosselin, pour discuter de leur projet au 450-777-1641, poste 2504.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer