«La hausse de taxes est justifiée» selon le conseiller Jocelyn Dupuis

De façon générale, le compte de taxes de... (photo Janick Marois)

Agrandir

De façon générale, le compte de taxes de la maison moyenne augmente de 2,4 %, a exposé hier le conseiller municipal responsable des finances de la Ville, Jocelyn Dupuis.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Peu de grandes surprises hier soir lors de l'adoption du budget 2015 de la Ville de Granby. Le maire Pascal Bonin l'avait déjà annoncé le mois dernier: le taux de la taxe foncière augmentera de 3 %, soit à 0,824 $ par tranche de 100 $ d'évaluation. De façon concrète, le compte de taxes du propriétaire d'une maison moyenne, évaluée à 222 000 $, augmentera de 53 $ l'an prochain.

Dans le secteur canton, pour une maison de même valeur, cette hausse sera de 54 $. Détails importants: la hausse de 3 % du taux de la taxe foncière s'applique autant au secteur résidentiel, que commercial et industriel. Pour ces deux secteurs, le taux passera à 1,97 $ par segment de 100 $ d'évaluation. Aussi, les taxes de services (eau, épuration, écocentre, enlèvement des ordures, etc.) sont gelées en 2015.

De façon générale, le compte de taxes de la maison moyenne augmente de 2,4 %, a exposé hier le conseiller municipal responsable des finances de la Ville, Jocelyn Dupuis, lors de la présentation du budget aux médias en matinée. «Plutôt que de jouer avec les taxes de services, on a choisi de modifier le taux de taxation. De cette façon, les maisons qui ont une moins grande valeur vont écoper moins que celles qui ont une plus grande valeur», a pour sa part précisé le maire Pascal Bonin.

«Le 2,4 % d'augmentation reflète l'inflation pour maintenir les services municipaux», a précisé hier le directeur du service des finances de la Ville, Jean-Pierre Renaud. «La hausse de taxes est justifiée, estime Jocelyn Dupuis. Granby n'est plus un village; c'est une grande ville florissante. Et la hausse est minime pour tout ce qu'on a à faire.»

Nouveau cadre financier

Au cours des prochaines années, les contribuables de Granby devront d'ailleurs s'attendre à composer à nouveau avec une hausse annuelle similaire de leur compte de taxes. En contrepartie, les bonds appréciables des comptes lors du dépôt du rôle d'évaluation triennal sont terminés. Dorénavant, le taux de taxes annuel sera ajusté, à la hausse ou à la baisse, de façon à ce que le compte de taxes moyen ait une hausse de 2,4 %. «Il va y avoir le dépôt d'un nouveau rôle d'évaluation l'an prochain. Si la valeur des maisons augmente par exemple de 8 %, on va baisser le taux de taxes pour que le compte n'augmente que de 2,4 %. Avant, le taux de taxation restait toujours le même», fait valoir Jean-Pierre Renaud.  

Cela est désormais une des trois prémisses du nouveau cadre financier qui prévaut à Granby, ajoute-t-il. Autre nouvelle ligne directrice: les emprunts annuels équivalent maintenant aux remboursements annuels effectués sur la dette. Cela se traduira ainsi par un maintien du niveau de la dette, qui sera de 80,5 millions $ à la fin de l'année. «On va avoir un PTI de 19 millions $ (voir autre texte) et la dette va rester pareille», se félicite Pascal Bonin.

Autre nouveauté du côté de l'administration municipale: les projets majeurs, tel le futur complexe aquatique, seront financés par emprunt et imposés par le biais d'une taxe spéciale, clairement identifiée sur le compte de taxes.

Pacte fiscal

Le directeur général de la Ville, Michel Pinault, précise que le pacte fiscal, qui s'est traduit par la perte de 1 million $ dans le budget, a été «absorbé» par la Ville et, contrairement à d'autres municipalités québécoises, n'a rien à voir avec la hausse du compte de taxes.

Selon Pascal Bonin, différentes coupes ont été effectuées dans le budget pour pallier la perte de revenus de 1 million $. «Les citoyens n'avaient pas à payer ça», dit-il. Mais attention, prévient-il, «on ne sera pas capables d'en absorber longtemps comme ça». «C'est un jeu dangereux d'aller jouer dans le surplus des municipalités. Ça veut dire qu'on ne peut plus payer des projets comptant», fait-il valoir.

Le budget de la Ville de Granby approche les 100 millions $ et le surplus annuel dégagé tourne autour de 1 million $. «On gère avec une très petite marge de manoeuvre», souligne le maire. 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer