Récupération de polystyrène : un partenariat de cinq ans pour Polyform

Polyform fabrique du plastique expansé. Mais elle le... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Polyform fabrique du plastique expansé. Mais elle le récupère aussi. Et ses efforts de récupération gagnent en ampleur.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Polyform fabrique du plastique expansé. Mais elle le récupère aussi. Et ses efforts de récupération gagnent en ampleur. L'entreprise de Granby a récemment conclu un partenariat pour prolonger de cinq ans le programme de récupération et de recyclage du polystyrène - le fameux foam - à l'écocentre LaSalle, situé au sud de l'île de Montréal.

«Ça fait longtemps que Polyform fait le recyclage du polystyrène à l'interne et chez ses clients. On élargit nos ailes en récupérant n'importe quel polystyrène. Ça nous permet aussi de sensibiliser la population au fait que le foam est recyclable», a expliqué hier le vice-président ventes et développement des affaires chez Polyform, François Beauchesne.

Pour l'entreprise, le polystyrène est une des pierres angulaires d'un de ses produits phares: le système de coffrage isolant Nudura, qui connaît un rayonnement international. Déchiqueté, le foam récupéré est transformé en pastilles de plastique rigide qui entrent dans la fabrication des treillis de plastiques qui unissent deux parois de polystyrène pour le coffrage Nudura. Actuellement, les besoins de Polyform sont même supérieurs à ce qui est recyclé, selon François Beauchesne.

«La vraie vision du développement durable, c'est d'être capable de boucler la boucle. C'est offrir un produit, lui faire faire le travail pour lequel il a été conçu et, une fois que c'est terminé, être en mesure de le valoriser. Nous, on le fait pour construire des bâtiments qui ont une performance énergétique hors pair», dit le vice-président ventes et développement des affaires.

Projet pilote

Polyform a déjà des ententes depuis quelques années avec nombre d'écocentres de la région pour récupérer le polystyrène, qui peut se reconnaître par le triangle à l'intérieur duquel le chiffre 6 est inscrit. À l'écocentre de LaSalle, un projet pilote, baptisé «À la recherche du numéro 6», a été réalisé au cours de la dernière année. Cela a permis de détourner du site d'enfouissement plus de deux tonnes et demie de foam.

D'où la volonté de la ville de Montréal et de l'Association canadienne de l'industrie des plastiques de prolonger le programme pour cinq ans, dit François Beauchesne.

Polyform trie et traite le polystyrène récupéré dans une usine qu'elle exploite depuis près de deux ans chemin Bernard, à Granby. Une dizaine de personnes y travaillent.

«Notre objectif, dit François Beauchesne, c'est de redonner au foam ses lettres de noblesse. Il a été trop souvent malmené pour toutes sortes de raisons.»

Idéalement, affirme-t-il, le polystyrène sera un jour accepté dans les bacs bleus, comme c'est déjà le cas en Nouvelle-Écosse et, bientôt, en Colombie-Britannique.

D'ici là, le dirigeant chez Polyform reconnaît que le recyclage du polystyrène demande aux consommateurs un effort puisqu'il faut l'acheminer à un écocentre. Mais les choses pourraient changer. «On travaille pour amener d'autres alternatives afin qu'on puisse déposer nos mousses dans des endroits plus commerciaux, comme au centre commercial ou à l'épicerie», laisse savoir M. Beauchesne.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer