Des consommateurs prudents: changement des habitudes de consommation

Pour Sandra Martin, propriétaire de la boutique Vision... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

Pour Sandra Martin, propriétaire de la boutique Vision Raphaëlle, «ça monte très rapidement et ça baisse tout aussi rapidement».

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Les commerçants du centre-ville de Granby interrogés par La Voix de l'Est sont unanimes. Les habitudes de consommation changent. La rue Principale n'était pas noire de monde, samedi, malgré la tenue du Marché de Noël, place Johnson. Et les clients ne faisaient pas la file pour payer leur montagne de cadeaux.

«La manière de consommer des gens est en train de changer, remarque Huguette Boulais, propriétaire du café et de la boutique Madame Hortense. C'est plus tranquille, c'est différent. Dans les cinq dernières années, ça a changé plus que dans les vingt dernières.»

D'un côté, les gens plus âgés voyagent davantage et n'ont plus besoin d'acheter autant, explique-t-elle. De l'autre, les jeunes familles sont confrontées à des hausses de factures, comme le coût de la garderie. À cela s'ajoute le nombre croissant des ventes en ligne. «Je pense que les gens, cette année, se sont assis, ont pris un papier et un crayon et ont fait leur budget, expose Mme Boulais. Ils ont pris conscience qu'il fallait qu'ils fassent quelque chose.»

«Définitivement, ils cherchent le bon morceau au bon prix, observe Sandra Martin, propriétaire de la boutique de vêtements Version Raphaëlle. Ils sont beaucoup plus avisés, ils vont magasiner à beaucoup de places avant d'acheter. Ils vont acheter un morceau au lieu de trois.»

Le constat est le même chez Fringué, qui a connu deux bonnes semaines avant d'en avoir une plus calme. «On est dans une période où l'économie n'est pas bonne et les gens font plus attention à leurs dépenses», commente la propriétaire de la boutique mode, Andrée-Anne La Rochelle.

Malgré le service personnalisé offert dans les boutiques du centre-ville, «on ne peut pas aller les chercher chez eux», ajoute Mme Boulais.

Des hauts et des bas

Depuis plus d'un an, les ventes et l'achalandage baissent doucement chez Vision Raphaëlle. D'autant plus que, plutôt que connaître une effervescence à l'approche des Fêtes, ce sont des montagnes russes.

«C'est très inégal. Ça monte très rapidement, ça baisse tout aussi rapidement. Il n'y a pas de stabilité, c'est très difficile de gérer le temps des Fêtes, indique Mme Martin. On a vu une différence à partir du mois d'octobre de l'année dernière et on le ressent toujours.»

Avec les grandes chaînes de vêtements comme Mexx qui font faillite, le monde de la mode connaît des temps difficiles. C'est ce que vit notamment Mme La Rochelle avec sa boutique, surtout qu'elle peut difficilement rivaliser avec les grands magasins qui peuvent offrir des gros rabais. «Mais en général, je trouve qu'il n'y a pas beaucoup de monde sur la rue (Principale), remarque-t-elle. Le centre-ville est tranquille. Habituellement, le mois de décembre est un mois qui est très fort et on se croise les doigts pour que ça parte.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer