La Guignolée de SOS Dépannage récolte 62 tonnes de denrées

Les équipes étaient à l'oeuvre, hier, pour la... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

Les équipes étaient à l'oeuvre, hier, pour la Guignolée de SOS Dépannage, qui offre de l'aide alimentaire aux familles dans le besoin.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) La générosité des citoyens de Granby, Sainte-Cécile-de-Milton, Saint-Paul-d'Abbotsford, Roxton Pond et Saint-Alphonse-de-Granby a tenu au chaud les centaines de bénévoles qui ont arpenté les rues malgré le froid afin d'offrir un répit aux plus démunis.

Environ 1200 personnes ont donné de leur temps pour la Guignolée de SOS Dépannage, hier, cognant aux portes pour récupérer denrées et dons en argent, les embarquant dans un camion cube et les triant à la banque alimentaire.

Au terme de la journée, 62 tonnes de denrées non périssables ont été amassées, ainsi que 31 000 dollars.

Le président de SOS Dépannage, Sylvain Larivière, s'est dit satisfait de la récolte. «Chaque don est important, rappelle-t-il. Mais cette année, on a amassé pas moins de cinq tonnes de nourriture de plus que l'an dernier, et 6000$ de plus. C'est une très grosse amélioration. Ça va nous aider à mieux desservir la population et on est très contents de ça.»

Lui-même a passé la journée au froid avec son équipe, dans un quartier où il passe la guignolée depuis environ deux décennies. Son équipe, composée de 58 personnes, réalise 10 parcours. Un groupe reste au camion cube pour déposer les denrées dans des boîtes, qui seront plus faciles à manipuler une fois arrivés à la banque alimentaire.

Bénévoles de pères en fils

Le bénévolat, ça s'enseigne, fait valoir M. Larivière. Les parents amènent leurs enfants et leur transmettent ces valeurs. Son fils participe ainsi à la guignolée depuis une vingtaine d'années. Il y a été initié alors qu'il était haut comme trois pommes. Maintenant résidant de Gatineau, il vient rejoindre sa famille chaque année pour donner de son temps.

La famille Bouthilier est l'une de celles qui font la guignolée année après année, de père en fils. Les cinq enfants font du porte-à-porte; c'est un rendez-vous pour eux, depuis 10 ans. «On sait que des gens sont dans le besoin, confie Marie Coppieters. Les gens pensent à donner, mais ne veulent pas nécessairement se déplacer. Ça leur permet aussi de rester anonymes dans leur don.»

Au fil du temps, les citoyens reconnaissent la famille lorsque revient ce rituel annuel. Ils préparent leur sac et le posent près de la porte, parfois même sur le balcon avant.

La famille Bouthilier connaît elle-même des moments plus difficiles, en raison d'une blessure qui oblige le père à cesser de travailler temporairement. Et tout le monde se serre les coudes, raconte Mme Coppieters. Trois des enfants sont toujours à la maison et partagent les frais d'épicerie, par exemple.

Cette relation d'entraide était aussi perceptible au sein de l'équipe de Sylvain Larivière.

Ce dernier rappelle qu'il est toujours possible de donner à SOS Dépannage jusqu'au 23 décembre, entre 8 h 30 et 16 h 30.

- Avec la collaboration de Marie-Ève Martel

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer