Un panier d'épicerie plus petit pour le même prix

Selon le Food Institute de l'Université de Guelph,... (Photo Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Selon le Food Institute de l'Université de Guelph, le coût des aliments poursuivra son ascension l'an prochain.

Photo Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Pour le même prix, le panier d'épicerie des consommateurs sera moins rempli en 2015. Selon le Food Institute de l'Université de Guelph, le coût des aliments poursuivra son ascension l'an prochain.

L'institut prévoit une hausse de la facture d'épicerie de 0,3% à 2,4% dans son rapport sur les prix alimentaires à la consommation 2015.

«Ce qui est troublant, c'est que les viandes et les légumes risquent d'augmenter en même temps, commente l'auteur principal, Dr Sylvain Charlebois, natif de Farnham. On s'attend à une hausse de 3 à 5% pour les légumes et les viandes. En cinq ans, c'est la première fois qu'on s'attend à une hausse substantielle pour ces deux éléments qui sont assez importants pour une bonne sécurisation alimentaire.»

La courbe des prix de la viande et des poissons continuera à monter, après une augmentation respective de 12,4% et de 5,9% en 2014.

«De plus en plus, puisqu'il y a certains pays émergents qui veulent de la viande, en tant que Canadien, pour garder notre boeuf et notre porc au Québec on va payer plus cher. Le système mondial de production bovine et porcine est mis à l'épreuve.

En raison de la sécheresse et du climat de 2014, qui aura des impacts dans l'année à venir, le coût des légumes augmentera davantage (de 3% à 5%).

«Les Québécois, les Canadiens aiment bien la viande, mais de plus en plus il y a des consommateurs qui optent pour d'autres options comme la protéine végétale, les lentilles, ils vont aussi s'intéresser aux poissons», ajoute le Dr Charlebois.

La hausse prévue pour les fruits et les noix est de 1% à 3%, et pour les grains de 0% à 2%. Pour les oeufs et les produits laitiers, le prix pourrait même baisser d'un pour cent.

«Pour la prochaine année, les changements climatiques continueront d'être le facteur le plus important, mais en même temps, c'est l'élément le plus imprévisible, ajoutent les auteurs. Les sécheresses et les inondations influent beaucoup sur les prix des intrants et entraînent souvent une flambée des prix à la consommation quelques mois plus tard selon la denrée affectée. Mais le facteur le plus déterminant pour les prix alimentaires sera la valeur du dollar canadien.»

Une bonne chose

«Sérieusement, c'est souhaitable, que les prix augmentent, exprime Sylvain Charlebois. Il faut relativiser les choses. Quand on regarde le pourcentage du budget familial consacré à l'alimentation, on arrive troisième au monde, dans le budget le plus bas. L'alimentation compétitionne avec la voiture de l'année, la nouvelle télévision, le voyage à Cancoun.»

Le Canada arrive derrière les États-Unis et Singapour, fait-il savoir, pour les budgets les plus bas consacrés à la nourriture.

«Au niveau de l'alimentation, on ne dépense pas beaucoup. On vit un phénomène de rattrapage. Cela dit, quand on parle de mieux supporter les banques alimentaires, selon moi c'est nécessaire. Les banques alimentaires répondent à un besoin criant que les gouvernements ne sont jamais en mesure de répondre ou d'aider les gens qui, tout d'un coup, vont être mis dans une situation très vulnérable. Perte d'emploi, accident dans la famille...»

Militant et croyant des banques alimentaires, M. Charlebois croit au modèle qui prend de plus en plus de place en Ontario, où se trouve l'Université de Guelph. «De plus en plus, on voit que les banques alimentaires, en Ontario et dans l'Ouest canadien, on s'intéresse au bien-être de la personne. Les banques alimentaires regardent l'être dans son entier et non pas juste l'estomac.» Il souhaite que la tendance se répande au Québec et que les Québecois ne croient pas aider les démunis par leur compte de taxes.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer