• La Voix de l'Est > 
  • Actualités 
  • > Nos CSSS finalement intégrés à l'Estrie : la Pommeraie applaudit, Haute-Yamaska en prend son parti 

Nos CSSS finalement intégrés à l'Estrie : la Pommeraie applaudit, Haute-Yamaska en prend son parti

«Si la loi dit qu'on va vers l'Estrie,... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Si la loi dit qu'on va vers l'Estrie, on a une grande ouverture à collaborer», a indiqué hier le président du conseil d'administration du CSSS de la Haute-Yamaska, Jean-Marc Savoie.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Ironie du sort: les amendements apportés au projet de loi 10 prévoient l'implantation d'un Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) Montérégie Est, comme l'avait proposé le Centre de santé et de services sociaux de la Haute-Yamaska. Mais ce dernier n'en fera pas partie puisque la loi l'enverrait dans ce qui deviendra le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Estrie (CIUSSS) avec son jumeau de La Pommeraie.

Pour le CSSS La Pommeraie, qui avait fait connaître, il y a quelques semaines, son souhait d'être rattaché à l'Estrie, c'est un voeu qui se réalise. «Évidemment, ce n'est pas officiel tant que le projet de loi n'est pas adopté, mais ça rencontre nos attentes. Ça va selon nos désirs et on est contents», a réagi hier le président du conseil d'administration, Michel Lafrance.

Le CSSSHY collaborera

Comme il n'a pas obtenu gain de cause, le CSSS de la Haute-Yamaska a choisi de consacrer ses énergies à intégrer le nouveau CIUSSS sans trop de heurts pour sa clientèle. «On voit que le ministre a fait son lit, indique le président du conseil d'administration, Jean-Marc Savoie, en faisant référence à l'ajout de CISSS régionaux dans le projet de loi. Je ne m'attends plus à des modifications importantes sur les territoires. Il faut aller de l'avant maintenant.»

Un deuxième CISSS montérégien est néanmoins ajouté dans le projet de loi refondu. La région en comptera désormais deux, soient le CISSS Montérégie Ouest et le CISSS Montérégie Est.

C'est ce dernier, dont le siège social sera à Longueuil, qui regroupera les territoires desservis par les CSSS Haut-Richelieu-Rouville, des Maskoutains et de la MRC d'Acton.

Dans les circonstances, l'annexion à la région sociosanitaire de l'Estrie est l'option la plus probable et la plus souhaitable, soutient le président. «Le CISSS Montérégie Est qui est formé, c'est pas du tout ce qu'on avait souhaité. Actuellement, comment la Montérégie est divisée, c'est particulier», note M. Savoie.

«On aurait préféré être en Montérégie, en raison des contacts naturels et des corridors de service de première et de deuxième ligne qui existent déjà, mais ça peut se développer avec l'Estrie, poursuit-il. Si la loi dit qu'on va vers l'Estrie, on a une grande ouverture à collaborer. Notre préoccupation principale, c'est que la population demeure bien desservie.»

De bonnes nouvelles malgré tout

M. Savoie voit quand même de bonnes nouvelles dans la situation. «On trouvait important d'être dans la même entité que La Pommeraie parce que nous sommes deux établissements qui collaborent, affirme-t-il d'abord. D'aller avec eux en Estrie, c'est un plus pour les services à la population. Si on était restés en Montérégie, on aurait voulu qu'ils y restent eux aussi.»

Ensuite, comme les CSSS de la Haute-Yamaska et de La Pommeraie desservent environ 150 000 personnes sur les 500 000 que devrait compter le nouveau CIUSSS, ils auront quand même un certain poids. «On devrait représenter près du tiers du nouveau CIUSSS, soit une partie importante de notre nouveau territoire, calcule le président. On devrait être capables de jouer un rôle important.»

Enfin, la possible mise en place de mesures transitoires permettra d'éviter les «trous dans l'offre de services». «Ces mesures vont nous permettre de nous réorganiser, explique M. Savoie. Autrement, si tout devait être fait pour le 1er avril, il y aurait des choses qui ne seraient pas prêtes à temps.»

«Le travail continue pour assurer la transition, renchérit M. Lafrance. Il faut agir dès maintenant pour préparer le terrain, afin que la transition se fasse sans heurts. [...] Il ne faut jamais perdre de vue qu'on travaille pour la population.»

 Le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) n'a émis aucun commentaire après le dévoilement des amendements. Une rencontre avec les directeurs généraux régionaux est prévue aujourd'hui, après quoi l'établissement de santé se prononcera sur la nouvelle entité dont elle sera au coeur.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer