Réfection de Villa-Bonheur : le CSSS dévoile l'avancement des travaux

L'ajout de deux nouvelles ailes au cinquième étage... (photo Janick Marois)

Agrandir

L'ajout de deux nouvelles ailes au cinquième étage de Villa-Bonheur a notamment permis l'aménagement de 15 chambres spacieuses pour la clientèle en perte d'autonomie.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Alors que les besoins en lien avec le vieillissement de la population s'accentuent, le Centre de santé et de services sociaux de la Haute-Yamaska (CSSSHY) a entamé, il y a plus d'un an, une cure de jeunesse au Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Villa-Bonheur. À mi-chemin dans l'échéancier, les médias ont pu prendre la mesure de la progression des travaux, hier.

Une des plus importantes portions du projet avoisinant sept millions de dollars a été l'ajout de deux ailes au cinquième étage. Cet aménagement d'une superficie de 500 mètres carrés a notamment permis d'offrir des chambres plus spacieuses à la clientèle en perte d'autonomie et d'y inclure des équipements à la fine pointe. «Débutés en août 2013, les travaux visaient d'abord et avant tout à améliorer la qualité de vie des résidents. Au-delà de la mise aux normes et de la modernisation des lieux physiques, notre priorité est d'assurer le bien-être et la sécurité de nos résidents puis des membres de notre personnel», a indiqué le directeur général par intérim du CSSSHY, Rémi Brassard.

Les premiers patients ont pu intégrer cette nouvelle partie du bâtiment le 10 novembre. Outre son abondante fenestration, l'endroit se veut plus convivial que par le passé. La pièce centrale est un espace multifonctionnel à aire ouverte dédié à la salle à manger puis à un salon adjacent. «Ça permet à l'ensemble de la clientèle d'un même étage de prendre le repas ensemble et de relaxer juste à côté s'ils le veulent», a précisé la directrice du programme des personnes hébergées au CSSSHY, Martine Gendron. De plus, chaque usager a sa chambre individuelle ainsi qu'une salle de bain communicante. Chacune est dotée, entre autres, d'un rail permettant l'installation d'un dispositif servant à déplacer les patients à partir de leur lit. Question de faciliter la vie aux proches des résidents, une cuisine y a été aménagée.

Ergonomie

Mais il n'y a pas que les résidents qui jouiront de cette réfection en profondeur: la tâche des préposés sera grandement facilitée par l'ergonomie améliorée des lieux. De fait, les exigus corridors sont maintenant d'une largeur de huit pieds dans les deux nouvelles ailes, ce qui permet une circulation plus fluide. «Auparavant, deux personnes en fauteuil roulant ne pouvaient pas passer côte à côte. Il y a aussi les chariots pour la nourriture et les autres équipements de large diamètre qui posaient problème», a souligné Mme Gendron.

«Un des gros défis à Villa-Bonheur, comme un peu partout ailleurs dans les centres d'hébergement au Québec, est que la bâtisse date de plusieurs années et répond aux normes de l'époque, a poursuivi M. Brassard. Avant, les gens arrivaient ici avec leur voiture. On comprend que l'architecture n'était pas faite pour des patients en lourde perte d'autonomie comme on a aujourd'hui.»

Les patients pourront également se faire dorloter dans un salon de coiffure plus vaste et revampé. «L'ancien salon était dans un petit recoin et les équipements avaient près de 40 ans. C'était vraiment désuet. Se faire coiffer, c'est un des petits moments de bonheur des patients. Nous avions donc le souci de rendre l'expérience plus agréable», a noté la directrice du programme de personnes hébergées.

Sécurité

Comme dans tout établissement de soins de santé, la sécurité de la clientèle se doit d'être accrue. Quelques améliorations à cet effet ont été soulignées lors de la visite du centre. L'une d'elles est l'aménagement d'une pharmacie dont l'accès est restreint par un système de carte magnétique pour tous les employés. Au rez-de-chaussée, un fumoir avec ventilation respectant les normes a été érigé devant le bureau d'accueil, question de pouvoir mieux surveiller les usagers de la pièce. Ceux-ci doivent par ailleurs porter des tabliers anti-feu pour y entrer. «Un incendie est vite arrivé, surtout avec le genre de clientèle que nous avons. Nous voulons donc minimiser les risques au maximum, tout en respectant les droits des patients. Il faut savoir les encadrer sans brimer leur liberté. Jusqu'à maintenant, ça se passe très bien et les gens apprécient beaucoup le réaménagement de leur aire de vie», a mentionné Mme Gendron. La buanderie a aussi été relocalisée sur le même palier.

Phase finale

Jusqu'à maintenant, les quatrième et cinquième étages ont été restaurés. La phase finale des travaux a donc été amorcée. Le réaménagement du troisième palier a commencé la semaine dernière. Le deuxième étage et l'aire centrale du hall d'entrée suivront. Au début du projet, 32 patients ont été transférés temporairement au CHSLD de Granby et une vingtaine sont toujours à rapatrier. Au total, Villa-Bonheur aura 98 chambres alors que le bâtiment en comptait 108 auparavant.

Un stationnement d'une trentaine de places destinées aux visiteurs a aussi été aménagé près du centre d'hébergement. Ces travaux, réalisés en partenariat avec la Fondation Horace-Boivin, ont nécessité la démolition d'un immeuble commercial en août dernier. À ce jour, environ quatre millions de dollars ont été injectés dans le projet, qui devrait se conclure à l'été 2015.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer