Des maires accueillants: une formule gagnante à Boucherville

Même s'il est parmi les premiers, sinon le... (photo fournie par la ville de Boucherville)

Agrandir

Même s'il est parmi les premiers, sinon le premier, à avoir proposé le concept des déjeuners du maire, Jean Martel ne revendique pas «de droits d'auteur» sur son idée. Il est plutôt flatté si elle inspire d'autres maires.

photo fournie par la ville de Boucherville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) On ignore si c'est lui qui a ouvert le bal, mais dès son élection en 2009, le maire de Boucherville, Jean Martel, a instauré «Les déjeuners du maire», dont la 47e rencontre mensuelle a eu lieu le 1er novembre dernier.

«C'est un facilitateur, affirme le maire Martel. Les Bouchervillois savent que c'est une façon d'accéder facilement aux élus et que c'est plus souple qu'une séance régulière.»

En début de rencontre, tenue en avant-midi chaque premier samedi du mois, M. Martel fait un résumé de l'actualité locale, une démarche qui est, selon lui, très appréciée des citoyens. Les résidants peuvent ensuite lui faire part, en privé, de leurs préoccupations et de leurs demandes, qui seront étudiées par le comité plénier le lundi suivant.

Certaines suggestions ont même vu le jour ou connu un heureux dénouement grâce aux déjeuners du maire, dont l'école de voile de Boucherville.

Selon l'élu, ce rendez-vous permet aussi de contenir la période de questions aux séances ordinaires. «Comme c'est très convivial, j'ose croire que ça permet de désamorcer certains conflits avant qu'ils ne dégénèrent», clame-t-il, rappelant toutefois que ces rencontres ne remplacent pas les assemblées du conseil.

La transparence et le dialogue étant le moteur des déjeuners du maire, ceux-ci seront éventuellement webdiffusés sur le site internet de la Ville. Les journalistes sont également les bienvenus. «Parfois, je profite des déjeuners pour faire quelques annonces», indique M. Martel.

Victime de son succès

Entre 90 et 200 Bouchervillois viennent chaque mois prendre un café et une viennoiserie en compagnie des élus de Boucherville. Environ 10 à 15% des participants y assistent systématiquement. «Au premier déjeuner, je me demandais s'il allait y avoir du monde, se souvient M. Martel. Parfois, quand on franchit le cap des 150 personnes, la formule est victime de son succès parce qu'il y a des files d'attente.»

Chaque rencontre est tenue dans un lieu différent, comme à l'hôtel de ville, l'aréna ou la bibiliothèque municipale. «Outre le fait d'établir un dialogue, on veut faire voir différents endroits publics et parapublics de Boucherville. On s'en sert de levier pour montrer ce qui se passe en ville et faire d'une pierre deux coups», explique le maire Martel.

Par exemple, la rencontre de novembre s'est déroulée au Centre Gilles-Chabot, récemment agrandi. Plus tôt cette année, les citoyens ont été invités à visiter les unités de logement pour aînés fraîchement bâties. Les déjeuners du maire peuvent aussi se tenir dans des salles communautaires où auront lieu des événements peu de temps après. Et une fois l'an, le maire accueille ses concitoyens devant sa résidence pour leur faire profiter d'une vue imprenable sur le Saint-Laurent.

Jean Martel ne revendique pas «de droits d'auteur» sur son idée. Il est plutôt flatté s'il inspire d'autres maires, comme ses voisins de Varennes et de Verchères.

«Avec tous les bienfaits que j'en retire comme maire, et avec tous les commentaires positifs que je reçois, je ne comprends pas pourquoi ce ne sont pas tous les maires qui le font. Et peut-être un jour aura-t-on droit à un déjeuner du premier ministre...» rêve-t-il.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer