• La Voix de l'Est > 
  • Actualités 
  • > Un présumé braqueur relâché : Denis Hachey est accusé de vol qualifié dans deux commerces 

Un présumé braqueur relâché : Denis Hachey est accusé de vol qualifié dans deux commerces

«Mon passé n'est pas garant de mon futur»,... (illustration Serge Paquette)

Agrandir

«Mon passé n'est pas garant de mon futur», a assuré Denis Hachey du box des accusés.

illustration Serge Paquette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Les piètres conditions de détention dans les prisons québécoises ont joué en faveur de Denis Hachey. Le cambrioleur au long cours et auteur présumé de deux braquages commis à Granby, en janvier 2013, a plaidé hier que son séjour dans plusieurs établissements carcéraux était des plus pénibles.

Magnanime, le juge Yves Tardif, de la Cour supérieure, a accepté que l'homme de 45 ans retrouve sa liberté en attendant son procès, prévu pour l'an prochain.

«J'ai été sensible à votre situation, d'autant plus que vous êtes un père», a déclaré le magistrat au moment de rendre son jugement.

Un peu plus tôt, M. Hachey avait fait valoir qu'il habitait depuis 23 mois dans des prisons surpeuplées. Vu l'épaisseur de son dossier criminel, il loge fréquemment dans des aires à sécurité maximale où il reste confiné 23 heures sur 24.

Religion et rédemption

À la prison de Bordeaux, «c'est l'enfer», a-t-il indiqué. Les souris pullulent et les détenus s'entassent à plus d'une centaine dans des locaux froids, où ils dorment sur de minces matelas posés au sol. Le braqueur originaire d'Ange-Gardien doit aussi composer avec des prisonniers aux moeurs bizarres ou souffrant de maladie mentale.

Ses accès aux services, comme la pastorale, sont réduits. «J'ai pas accès à ma religion, a-t-il dit. Je suis comme du bois mort. On a accès à une petite bibliothèque, mais après 23 mois, t'as lu tous les livres.»

Il a ajouté n'avoir vu sa fille que quatre fois depuis son arrestation et qu'il n'était plus accro à la cocaïne. Il souhaite bientôt reprendre ses études et peut-être devenir inspecteur en bâtiment. «Mon passé n'est pas garant de mon futur», a assuré M. Hachey du box des accusés.

Son avocat, Me Jocelyn Grenon, a aussi plaidé que la peine qu'encourt son client pourrait être inférieure au temps passé en détention préventive. En vertu des nouvelles dispositions de la loi, cette période peut être de nouveau comptée en temps 11/2 ou en double.

«Maintenant, il est sobre et capable de fonctionner, a dit Me Grenon. La probabilité qu'il commette un autre crime est largement diminuée.»

Sobriété et sévérité

Pour le ministère public, Me Geneviève Cardin s'est questionnée sur la sobriété retrouvée de l'accusé. Elle a rappelé qu'il a été intercepté avec de la drogue en prison. «Sera-t-il blanc comme neige lorsqu'il sera dans la rue? , a-t-elle demandé. On ne le sait pas, et c'est inquiétant.»

La Couronne, qui s'opposait à la remise en liberté de M. Hachey, a aussi fait valoir que l'accusé s'expose à une peine pouvant aller jusqu'à 10 ans de prison, soit plus que ce qu'une détention préventive maximale pourrait couvrir. «Sans compter les autres chefs de vol qualifié et ses antécédents, a dit Me Cardin. C'est une preuve extrêmement sérieuse qui est présentée devant vous.»

L'accusé n'avait pu obtenir une remise en liberté au terme de son enquête préliminaire, en 2013. Le juge Yves Tardif vient de renverser cette décision moyennant plusieurs conditions, dont une caution de 5000$ et l'obligation, pour l'accusé, de demeurer chez son frère à Saint-Alphonse-de-Granby. Le juge lui a aussi servi une mise en garde.

«Si vous transgressez une condition, vous reviendrez devant un juge et le 5000$ disparaît. C'est votre dernière chance, car vous avez un dossier assez épais. À 46 ans, vous devriez commencer à penser au sens de la vie.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer