Des jeux en ligne plutôt que des sandwichs

En quelques clics, La Voix de l'Est a... (PHOTO JANICK MAROIS, LA VOIX DE L'EST)

Agrandir

En quelques clics, La Voix de l'Est a pu accéder au jeu League of Legends à l'aide d'une carte Subway.

PHOTO JANICK MAROIS, LA VOIX DE L'EST

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Contrôler ce que font des enfants avec leur argent de poche n'est pas une mince tâche. Des parents croyaient avoir trouvé un filon en achetant des cartes prépayées Subway. Or, nombre d'entre eux ont été estomaqués en apprenant que des jeunes utilisent ces cartes pour jouer en ligne.

Une mère de famille de la région, qui désire garder l'anonymat par crainte que ses enfants soient montrés du doigt, a tenu à dénoncer cette pratique commerciale. «Quand un parent achète une carte prépayée chez Subway, il se croit à l'abri parce que son enfant n'aura pas le choix de l'utiliser pour acheter un repas. Pourtant, moi et mon conjoint, nous avons découvert récemment que c'est loin d'être le cas. Certains jeunes dépensent des petites fortunes dans des jeux sur Internet. Ça n'a pas d'allure! , a-t-elle clamé. Et en tant que compagnie, ça pose clairement un problème éthique parce que rien ne mentionne cette possibilité en magasin, ni même sur la carte elle-même.»

La dame raconte que son fils de 16 ans a englouti plus de 150 dollars «dans le temps de le dire» en utilisant ce stratagème, comme plusieurs de ses amis d'ailleurs. «Pour un adolescent, c'est évident que les jeux vidéo sont très attrayants. Il a fallu que son petit frère le dénonce pour que nous découvrions ce qui se passe. On ne peut pas le laisser jeter de l'argent par les fenêtres. J'ai même appris que certains parents de ses amis avaient banni l'ordinateur pour un bout de temps pour que ça cesse. Il semble que ce soit une pratique très répandue chez les jeunes.»

D'ailleurs, elle a appris que ce «fléau» n'a pas épargné trois autres de ses garçons, qui se sont aussi procuré des cartes Subway dans le même dessein que leur frère, le benjamin ayant 11 ans, le second, 14 ans et l'aîné, 18 ans. «C'est assez déstabilisant d'apprendre que tes enfants sont presque tous dans le même bateau», image-t-elle, précisant que des parents de leur entourage sont «très en colère» depuis qu'ils sont au fait de cette situation.

Un jeu d'enfant

La Voix de l'Est s'est rendue dans la succursale Subway située au 249, rue Principale à Granby, pour se procurer une carte prépayée de 10$. En aucun endroit dans le commerce il n'est mentionné que ces cartes peuvent être utilisées à d'autres fins que l'achat de produits de l'entreprise. À trois reprises, le commis a réitéré lors de la transaction qu'il est impossible d'obtenir «autre chose que de la nourriture» avec celle-ci. Une fois informé que la situation est tout autre, le jeune homme s'est dit stupéfait. «Je ne peux pas croire que la compagnie permette à des gens de jouer avec ces cartes-là! , a-t-il lancé. N'importe qui peut en acheter une, même un enfant. Je comprends les parents de se poser des questions.»

Les commentaires de Sylvie Boucher, directrice de plusieurs succursales Subway de la région, vont dans le même sens. «Jamais on ne m'a informée que les cartes prépayées peuvent servir pour des jeux vidéo sur Internet, a-t-elle insisté. Si c'est vrai, j'avoue que c'est plutôt spécial.»

Le journal a donc fait le test. Il a fallu quelques clics afin de dénicher un jeu en ligne pour utiliser la carte prépayée Subway. Le premier en lice fut League of Legends, celui-là même auquel s'adonnent les fils de notre source, et qui les a délestés de centaines de dollars au cours des derniers mois. En moins de deux, le jeu a été installé et cinq dollars se sont envolés, sans même avoir quelque renseignement personnel que ce soit à fournir.

«Une faille dans le programme»

Dans le cas des cartes Subway, l'accès à des jeux en ligne se fait via la plateforme web de la compagnie américaine Openbucks, dont la principale caractéristique est de faciliter le commerce électronique sécuritaire. La page d'accueil de l'entreprise est sans équivoque: des centaines de sites de jeux acceptent les cartes-cadeaux de leurs partenaires d'affaires. Subway et Burger King sont notamment du nombre.

Mise au parfum de la grogne que suscite cette situation chez des parents de la région, une représentante de Subway Canada a d'abord tenté de réfuter l'information. Elle s'est ensuite ravisée en visitant l'interface web openbucks.com.

«Au niveau éthique, ce n'est pas le genre de pratique que l'on fait au Canada, tandis que c'est totalement différent aux États-Unis. Je travaille pour l'entreprise depuis quelques années et je n'ai jamais entendu parler de ça, a indiqué la directrice marketing - Québec chez Subway Canada, Michèle Arcand. Au Québec, on ne fait aucun projet qui touche les enfants, à part des commandites sportives. Tout ce qui est jeu vidéo, ce n'est aucunement quelque chose que l'on souhaite.»

Mme Arcand est d'avis que cette situation découle d'une «faille dans le programme» de fidélisation. Après vérifications, elle a soutenu que «le marketing de Subway Canada ne supporte pas et ne participe pas à ce programme établi et géré par un fournisseur de cartes prépayées nord-américain.» «Je pense que les cartes prépayées canadiennes devraient être retirées (du partenariat avec Openbucks), a-t-elle soutenu. C'est ce qui cadre le mieux avec la vision de Subway Canada.»

Au moment de mettre sous presse, la compagnie Openbucks n'avait pas répondu aux questions de La Voix de l'Est.

Les gens qui souhaitent formuler des commentaires au sujet de cette problématique peuvent le faire au www.subway.com dans la section service à la clientèle.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer