Vers l'agrandissement de l'école Saint-Vincent à Saint-Césaire

Le maire Guy Benjamin estime que les enfants... (photo Julie Catudal)

Agrandir

Le maire Guy Benjamin estime que les enfants de Saint-Césaire doivent pouvoir fréquenter l'école de leur municipalité.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Saint-Césaire) Le conseil municipal de Saint-Césaire s'est réuni d'urgence hier, en début de soirée, afin d'adopter une résolution dans le dossier du manque de places à l'école Saint-Vincent. L'expropriation de 8 à 12 propriétés autour de l'école en vue d'un agrandissement a été privilégiée par les élus, à la suite d'une rencontre avec des représentants de la commission scolaire des Hautes-Rivières.

«On vient de déposer une résolution à la Commission scolaire pour l'acquisition de terrains, par expropriations ou de gré à gré, pour l'agrandissement de l'école Saint-Vincent, a annoncé le maire Guy Benjamin, quelques minutes après la levée de la séance extraordinaire. On a discuté de différentes avenues et on en est venus à la conclusion que c'était la meilleure.»

La résolution devait être déposée à la commission scolaire avant 18 h 30. Cette dernière va l'étudier et devra l'entériner si elle juge le projet viable. La proposition sera ensuite acheminée à Québec pour la suite du processus. La construction de la nouvelle aile devrait idéalement commencer en 2016.

Les ententes de gré à gré avec les propriétaires de résidences, voire les expropriations en cas de mésentente, pourraient coûter de 3 à 4 M$ à la Ville. Trois options d'expropriation s'offrent à la Ville, qui toucheraient de 8 à 12 maisons, si la résolution est acceptée.

Les autres possibilités, comme l'achat d'un terrain vierge ou le don de celui de l'aréna, n'ont pas été retenues. «On a fait les calculs des différentes options, ça tourne toujours autour de ces montants-là», mentionne le maire.

La Ville devra absorber la facture. Mais M. Benjamin soutient, comme plusieurs dizaines de parents, que les enfants de Saint-Césaire doivent pouvoir fréquenter l'école de leur municipalité. «La commission scolaire ne fait plus l'acquisition de terrains, explique le maire. C'est la Ville qui donne le terrain.»

D'ici 2018-2019, 175 élèves arriveront au primaire, alors que l'école Saint-Vincent n'a pas la capacité pour les accueillir. Environ 200 parents ont manifesté dimanche pour que ces enfants ne soient pas obligés de fréquenter un établissement situé à Ange-Gardien. À Ange-Gardien, ce sont 75 enfants qui sont attendus pour la même période, alors que l'école est aussi au maximum de sa capacité.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer