Les citoyens de Saint-Césaire prennent les rues d'assaut

Près de 200 citoyens ont manifesté bruyamment dans... (photo Julie Catudal)

Agrandir

Près de 200 citoyens ont manifesté bruyamment dans les rues de Saint-Césaire, hier, pour dénoncer ce que plusieurs qualifient «d'immobilisme» dans le dossier de l'école primaire St-Vincent.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Saint-Césaire) «Pas d'école, on décolle». C'est le slogan qu'ont scandé près de 200 citoyens de Saint-Césaire et des environs, hier, en marchant dans les rues de la municipalité pour conscientiser la population à l'importance d'avoir une école primaire pouvant accueillir tous les élèves. Or, l'école St-Vincent est actuellement au maximum de sa capacité et près de 170 jeunes pourraient fréquenter l'établissement d'Ange-Gardien au cours des prochaines années si aucun projet de nouvelle école n'est déposé d'ici demain par la Ville de Saint-Césaire.

Avant même le départ de la manifestation, la grogne était palpable au sein du groupe de citoyens rassemblés près de l'aréna Guy Nadeau. Plusieurs n'hésitaient pas à dénoncer le manque de transparence et l'immobilisme de la commission scolaire des Hautes-Rivières dans le dossier. Ghislain Côté est du nombre. «Je pense que ça a été mal piloté de A à Z. On apprend à la dernière minute qu'une décision doit être prise incessamment et la population n'a pas été consultée. On veut notre école dans notre cour ici, un point c'est tout! , lance le père de famille natif de Saint-Césaire. Je ne veux pas que mon fils passe son temps dans des autobus. Il y a des solutions sur la table, mais on nous dit non d'emblée à la commission scolaire en lançant la patate chaude dans la cour de la municipalité.»

Idem pour Lise Larose, une résidante d'Ange-Gardien venue représenter sa fille, qui habite à Saint-Césaire. «Je suis un peu à cheval dans ce dossier-là! , a concédé la dame en riant. J'habite à Ange-Gardien et je ne suis pas contre le fait d'accueillir plus d'élèves chez nous. Mais il faut avouer qu'en déplacer 170 ailleurs que dans leur ville, c'est invraisemblable. Il faut aussi penser aux parents qui vont courir à gauche et à droite pour aller chercher leurs enfants. C'est ridicule! Je ne comprends pas qu'il n'y ait rien sur la table en ce moment.»

Pour sa part, Stéphanie Baillargeon, membre du conseil d'établissement de l'école St-Vincent, brandissait avec vigueur une pancarte avec le slogan mis de l'avant par le regroupement. Elle s'est dite prête à passer de la parole aux actes si les élèves sont transférés dans la ville voisine. «Je suis venue m'installer ici parce que j'aime la ville. Envoyer mes enfants ailleurs, c'est illogique! , a-t-elle déploré. Si l'école s'en va à Ange-Gardien, c'est certain que ma fille n'y ira pas. C'est simple, on déménagera.»

Le président du conseil d'établissement de l'école St-Vincent, Yan Verhoef, croit néanmoins qu'il est encore temps de «sauver les meubles». «Ce qu'on espère, c'est de repousser l'échéancier pour voir d'autres options. On aurait peut-être besoin de deux à trois mois de sursis. Je ne suis pas contre l'agrandissement à l'école P.-G.-Ostiguy, mais j'aimerais mieux une nouvelle bâtisse. Et ça demande du temps pour trouver un terrain», a affirmé celui qui a piloté la manifestation, quelques minutes avant que le groupe se mette en marche en direction de l'hôtel de ville. Une fois à destination, le maire de la localité, Guy Benjamin, devait faire le point avec les citoyens.

M. Verhoef a tenu à réitérer que la démarche ne se veut pas la prémisse d'une «guerre de clochers» avec Ange-Gardien ni contre les dirigeants de Saint-Césaire. «Je crois que dans le dossier, tout le monde veut la même chose, c'est-à-dire sauver sa propre école. Sans ça, il n'y a pas d'expansion possible à Saint-Césaire et le maire en est bien conscient.»

Pistes de solutions

Une des solutions qui a été évoquée par la Ville consiste à agrandir la polyvalente P.-G.-Ostiguy afin d'y envoyer les élèves de 4e, 5e et 6e années du primaire. Cette piste ne fait cependant pas l'unanimité chez les parents.

«Des enfants du primaire à PGO, je trouve que c'est une option qui n'a pas d'allure. Ce n'est pas une bonne idée d'exposer des jeunes à des dangers comme la drogue et les cigarettes. Je suis certaine qu'il y a d'autres solutions», a fait valoir Magalie Chagnon.

 Une fois à destination, le groupe a pu s'entretenir avec le maire Guy Benjamin, qui a tenu à calmer le jeu d'emblée. «Vous croyez peut-être que la municipalité de Saint-Césaire n'a pas l'intention de travailler fort pour la construction d'une nouvelle école ici. Mais c'est loin d'être le cas. Nous allons tout faire pour garder notre école et nos familles.»

Questionné à propos des options envisagées, M. Benjamin a évoqué trois pistes. «Premièrement, on veut travailler pour l'agrandissement de l'école, a-t-il insisté. Mais ça implique des expropriations d'environ 4 M$. Si on n'est pas capables de le faire, on pourrait éventuellement donner notre aréna pour y construire un nouvel établissement. Il y a aussi un terrain qui pourrait être disponible, mais il est encore trop tôt pour se prononcer dans ce cas précis.»

Rencontre

À peine quelques minutes après son allocution devant les citoyens, M. Benjamin devait rencontrer les représentants de la commission scolaire des Hautes Rivières pour tenter de dénouer l'impasse. Bien que la date butoir pour soumettre un projet ait été maintenue, le politicien affirme que la discussion a été «très constructive». «Ça a été une excellente rencontre et j'ai confiance que ça va aller dans le bon sens. Nous devons tenir une réunion spéciale avec les conseillers municipaux demain (aujourd'hui) pour décider ce que nous allons proposer (à la commission scolaire). Nous n'avons pas le choix de bouger et nous allons le faire. Nous devrons choisir entre trois options, a-t-il dit sans toutefois vouloir se commettre. Une chose est certaine, nous allons tenir les citoyens informés.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer