Suspendu du NPD pour des allégations de harcèlement

Yanéric Bisaillon, adjoint parlementaire de la députée néodémocrate... (photo tirée de sa page Facebook)

Agrandir

Yanéric Bisaillon, adjoint parlementaire de la députée néodémocrate de Saint-Hyacinthe-Bagot, Marie-Claude Morin, a été suspendu en raison d'allégations de harcèlement sexuel qui pèsent contre lui.

photo tirée de sa page Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Yanéric Bisaillon, adjoint parlementaire de la députée néodémocrate de Saint-Hyacinthe-Bagot, Marie-Claude Morin, a été suspendu la semaine dernière en raison d'allégations de harcèlement sexuel qui pèsent contre lui. Il a également été invité à quitter le poste qu'il occupait dans une association étudiante de l'Université d'Ottawa.

Une étudiante de cette université, où M. Bisaillon étudie en Administration publique et Science politique, a dénoncé des propos qu'il aurait tenus envers elle, dans une entrevue accordée au journal indépendant des étudiants de l'université. Au milieu d'une piste de danse, il lui aurait dit qu'il l'étranglerait dans son lit pendant une fellation, selon ce que rapporte la présumée victime au journal Fulcrum, dans un langage plus cru.

Une blague...

Sur sa page Facebook, M. Bisaillon a publié une lettre dans laquelle il dit regretter d'avoir tenu ces propos qu'il considérait comme une blague. Il indique réaliser qu'une telle blague est violente et inappropriée. «Les gens qui me connaissent bien savent que je peux à l'occasion être une personne impulsive et que je fais beaucoup de commentaires acerbes et des blagues», a-t-il écrit dans le commentaire qu'a recopié le journal étudiant.

L'association demande sa démission

La International, Political and Policy Studies Student Association, de l'Université d'Ottawa, a demandé la démission de Yanéric Bisaillon, natif d'Acton Vale, qui occupait jusqu'au 6 novembre le poste de vice-président des affaires académiques pour le programme de premier cycle de Science politique.

Le NDP n'a pas confirmé les allégations, mais «il a été suspendu de son poste selon les procédures prévues dans la convention collective, indique Marc-André Viau, attaché de presse principal du parti. Je ne peux pas faire d'autres commentaires là-dessus».

photo tirée de sa  page facebook

Yanéric Bisaillon, adjoint parlementaire de la députée néodémocrate de Saint-Hyacinthe-Bagot, Marie-Claude Morin, a été suspendu en raison d'allégations de harcèlement sexuel qui pèsent contre lui.

Le parlement encore dans la tourmente

Suspendu du NPD pour des allégations de harcèlement

Cynthia Laflamme

cynthia.laflamme@lavoixdelest.ca

Granby -Yanéric Bisaillon, adjoint parlementaire de la députée néodémocrate de Saint-Hyacinthe-Bagot, Marie-Claude Morin, a été suspendu la semaine dernière en raison d'allégations de harcèlement sexuel qui pèsent contre lui. Il a également été invité à quitter le poste qu'il occupait dans une association étudiante de l'Université d'Ottawa.

Une étudiante de cette université, où M. Bisaillon étudie en Administration publique et Science politique, a dénoncé des propos qu'il aurait tenus envers elle, dans une entrevue accordée au journal indépendant des étudiants de l'université. Au milieu d'une piste de danse, il lui aurait dit qu'il l'étranglerait dans son lit pendant une fellation, selon ce que rapporte la présumée victime au journal Fulcrum, dans un langage plus cru.

Une blague...

Sur sa page Facebook, M. Bisaillon a publié une lettre dans laquelle il dit regretter d'avoir tenu ces propos qu'il considérait comme une blague. Il indique réaliser qu'une telle blague est violente et inappropriée. «Les gens qui me connaissent bien savent que je peux à l'occasion être une personne impulsive et que je fais beaucoup de commentaires acerbes et des blagues», a-t-il écrit dans le commentaire qu'a recopié le journal étudiant.

L'association demande sa démission

La International, Political and Policy Studies Student Association, de l'Université d'Ottawa, a demandé la démission de Yanéric Bisaillon, natif d'Acton Vale, qui occupait jusqu'au 6 novembre le poste de vice-président des affaires académiques pour le programme de premier cycle de Science politique.

Le NDP n'a pas confirmé les allégations, mais «il a été suspendu de son poste selon les procédures prévues dans la convention collective, indique Marc-André Viau, attaché de presse principal du parti. Je ne peux pas faire d'autres commentaires là-dessus».

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer