Chauffard récidiviste : quatre mois de prison pour Maxime Duval

Maxime Duval, photographié en 2009.... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Maxime Duval, photographié en 2009.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) «Je ne pense pas que vous êtes un criminel, mais vous avez un problème d'alcool. Et j'ai une société à protéger.»

Avec ces mots, le juge François Marchand a tranché la poire en deux, hier. Pas de travaux communautaires, mais pas de longue peine de prison non plus pour un jeune récidiviste en matière de conduite automobile.

Maxime Duval, 26 ans, a écopé de 122 jours à l'ombre pour une série de délits commis alors qu'il était toujours sous probation. Il a déjà obtenu une peine de deux ans de détention, en 2009, pour conduite dangereuse et négligence criminelle ayant causé la mort.

Trois ans plus tôt, sa voiture avait capoté qu'il roulait à tombeau ouvert, à Dunham. Il venait d'être pris en chasse par une voiture de police et ne possédait qu'un permis temporaire. Un de ses passagers est mort et un autre a été gravement blessé.

«Correct pour conduire»

Cette fois-ci, le charpentier-menuisier a été arrêté en avril 2013, à Bromont, pour alcool au volant et parce qu'il était toujours sous le coup d'une interdiction de conduire. Me Karyne Goulet, du ministère public, a mentionné qu'il a lui-même fait signe à une voiture de police de s'arrêter à sa hauteur pour lui demander s'il était «correct pour conduire». Il ne l'était pas.

Trois mois plus tard, une perquisition à son domicile de Cowansville a permis aux policiers de saisir une arme tronçonnée, des munitions et de la marijuana dans son garde-robe. Il a plaidé coupable à ces accusations, mais est arrêté de nouveau en mai 2014 pour bris de condition.

Finalement, en septembre dernier, il est arrêté pour avoir commis huit méfaits, notamment avoir brisé des rétroviseurs sur des voitures stationnées à Montréal, après une soirée bien arrosée.

«Des faits aggravants, j'en ai beaucoup, a relevé le juge Marchand. Vous avez un problème avec l'automobile.»

La Couronne demandait 18 mois de prison tandis que la défense, représentée par Me Pascale Gauthier, a suggéré des travaux communautaires assortis d'une probation, rappelant qu'il s'agit de délits mineurs.

Pas fier

L'accusé, qui se présente aussi comme auteur-compositeur-interprète, a dit regretter ses gestes. «J'aurais besoin d'aide pour la consommation d'alcool. Je ne suis pas vraiment fier de moi-même, et je suis prêt à tout faire pour que ça aille bien. Je veux repartir à neuf.»

Sans trop pencher du côté de la poursuite, le juge a tout de même imposé plusieurs jours de détention ainsi qu'un suivi probatoire obligatoire.

M. Duval devra aussi entreprendre toute thérapie indiquée par les services carcéraux et s'abstenir de consommer de l'alcool ou des drogues durant toute sa probation.

«J'espère que vous avez commencé à maturer», a dit le juge Marchand.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer