Sentiers de ski de fond à Granby: développer le réseau pas à pas

L'ex-éducateur physique Gaston Lavoie a organisé une rencontre... (photo Alain Dion)

Agrandir

L'ex-éducateur physique Gaston Lavoie a organisé une rencontre ce week-end pour se pencher sur l'avenir du réseau granbyen de ski de fond. La réunion, qui a attiré 16 personnes, a eu lieu samedi au Centre d'interprétation de la nature du lac Boivin (CINLB).

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Granby) Sans glisser vers l'excès, le réseau de sentiers de ski de fond de Granby aurait besoin d'être légèrement bonifié, question de séduire de nouveaux adeptes et d'accommoder les fondeurs expérimentés.

Voici ce qui ressort de la rencontre organisée par l'ex-éducateur physique Gaston Lavoie afin de se pencher sur le sujet, samedi, au Centre d'interprétation de la nature du lac Boivin (CINLB).

La principale proposition vise à étendre le réseau en connectant les sentiers du CINLB à la piste cyclable l'Estriade. Cela permettrait aux fondeurs de se rendre jusqu'à la halte routière du Vélo Gare de l'autre côté du lac Boivin, où se trouve notamment un restaurant McDonald.

«Les gens auraient alors un endroit pour prendre un café ou se réchauffer un peu. Avec l'aller-retour, ça ferait une boucle supplémentaire d'environ 6 km. Ce serait un bel ajout», indique M. Lavoie.

Depuis l'hiver dernier, les pistes la Granbyenne, les Ormes et la Randonnée situées au CINLB sont réservées à la pratique du ski de fond, ce qui représente à peu près 13 km. M. Lavoie aimerait néanmoins voir le réseau granbyen être amélioré davantage étant donné que le parc de la Yamaska a cessé d'entretenir ses sentiers de ski de fond, il y a quelques années.

Le propriétaire du golf Les Cèdres, Serge Nadeau, a pour sa part réitéré lors de la rencontre son intention de continuer de développer son propre réseau de pistes, qui compte déjà plusieurs parcours.

«Ça ne nous sert donc à rien de bâtir un trop gros réseau. Il suffit de commencer tranquillement et de regarder ensuite s'il y a plus de demandes du côté de la population», note M. Lavoie, précisant que l'ajout d'un second relais au réseau du CINLB serait un bon départ.

Plusieurs idées, des moyens limités

Bien conscient du contexte budgétaire, M. Lavoie ne se fait pas d'illusions quant aux chances de voir la Ville de Granby débourser de gros montants pour ses pistes de ski de fond. Il estime toutefois qu'une boucle supplémentaire allant jusqu'au Vélo Gare serait simple à aménager avec la collaboration des déneigeurs municipaux.

Quelques autres mesures peu coûteuses pourraient aussi être mises en place pour améliorer la qualité du réseau, dit-il. Des exemples? Installer des piquets pour mieux délimiter les pistes et tapisser celles-ci le matin plutôt qu'en après-midi.

Enfin, il aimerait bien voir le CINLB aménager une salle de fartage et de séjour dans la grange située tout près de son centre d'accueil. Selon lui, il suffirait de modestes installations et de quelques tables de pique-nique pour faire le bonheur des skieurs.

En tout, 16 personnes ont assisté à la rencontre de samedi, au cours de laquelle la marche a aussi été abordée. «Ça s'est bien déroulé. Il avait autant de personnes intéressées par la marche qu'au ski de fond. C'est très positif. Ça démontre qu'il y a des besoins», affirme M. Lavoie.

Les discussions entourant la marche ont essentiellement concerné les meilleurs endroits à faire découvrir au grand public en dehors des sentiers du CINLB. L'offre à ce niveau est plus importante que celle du ski de fond dans la région, souligne M. Lavoie, mentionnant entre autres la présence du parc Terry-Fox et des bois Miner à Granby .

Question de faire entendre leurs voix, il invite tous les gens intéressés par la marche et le ski de fond à participer au prochain samedi matin du maire Bonin. Les suggestions ressorties en fin de semaine devraient alors lui être présentées afin de sonder ce qui est dans le domaine du possible à l'heure actuelle.

M. Lavoie travaille par ailleurs à la mise en place d'un réseau de covoiturage pour les personnes de la région aimant aller faire du ski de fond au mont Orford. Pour plus de détails quant à cette initiative, il suffit de le contacter par courriel au lavoieg7@videotron.ca.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer