• La Voix de l'Est > 
  • Actualités 
  • > Compressions du pacte fiscal entre Québec et les municipalités : 700 000$ de moins pour Granby 

Compressions du pacte fiscal entre Québec et les municipalités : 700 000$ de moins pour Granby

Le conseil municipal de la Ville de Granby... (photo Janick Marois)

Agrandir

Le conseil municipal de la Ville de Granby est déjà engagé dans la préparation du budget 2015, qui sera déposé le 15 décembre prochain.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Les compressions de 300 millions$ imposées aux municipalités québécoises se traduiront par une perte de près de 700 000$ dans le budget de la ville de Granby, a calculé hier le directeur général de la Ville, Michel Pinault.

Une nouvelle qui survient alors que le conseil municipal est déjà engagé dans la préparation du budget 2015. Celui-ci sera déposé le 15 décembre prochain.

«On va analyser l'impact de tout ça. On va en rediscuter lors de nos prochaines assemblées. Une chose est sûre, on ne veut pas affecter ou couper dans nos services. La population ne doit pas subir trop de conséquences», a dit hier le maire suppléant, Serges Ruel, en l'absence du maire Pascal Bonin.

«On va faire des pieds et des mains pour rencontrer les exigences du ministre. Mais il va falloir que ça soit une décision du conseil en entier», a ajouté M. Ruel.

Autres répercussions

La disparition des Conférences régionales des élus (CRÉ) et des Centres locaux de développement (CLD) pourrait aussi avoir d'autres répercussions sur les finances municipales, car ce sont les MRC qui hériteront des pouvoirs et compétences en matière de développement économique régional et de soutien à l'entrepreneuriat.

Dans les circonstances, les quotes-parts des municipalités pourraient augmenter, mais il est encore trop tôt pour s'avancer sur cette question.

«Je suis d'accord que le développement économique peut se faire autrement que par les CLD. Mais le gouvernement doit savoir qu'on va en faire avec ce qui reste. Ils ont retranché 60% du 80 millions$ qui allait aux CLD», a commenté hier le maire de Cowansville et préfet de la MRC de Brome-Missisquoi, Arthur Fauteux. «L'autonomie, ça veut entre autres dire d'avoir des disponibilités budgétaires. Ce n'est pas juste un mot dans le dictionnaire», a-t-il ajouté du même souffle.

Pas un pacte

Aux yeux d'Arthur Fauteux, les mesures annoncées mercredi par le gouvernement Couillard n'ont d'ailleurs rien d'un pacte. «On ne peut pas dire que c'est un pacte parce que c'est quelque chose qui nous a été imposé. Un pacte, c'est quelque chose avec laquelle on est d'accord. J'appelle plutôt ça une mesure transitoire en vue d'un vrai pacte fiscal en 2016», a insisté celui qui est également vice-président de la CRÉ Montérégie-Est.

À Cowansville, les mesures annoncées créeront un trou d'environ 180 000$ dans les coffres de la Ville. «Ce n'est pas une facture qu'on va refiler directement aux citoyens. Mais je ne peux pas dire qu'elle n'aura pas d'incidences», dit le maire Fauteux.

Ce dernier affirme que les municipalités sont conscientes de la situation économique difficile du gouvernement. «Les municipalités ne peuvent pas penser qu'on ne peut pas participer au défi collectif qu'est l'équilibre budgétaire. La province est endettée. Je pense que le roi est plus tout nu qu'on pense. On ne peut plus vivre à crédit sur le plan provincial», laisse-t-il tomber. Dans cette optique, les élus vont «agir comme des gens responsables».

«On va faire avec. On va regarder le plus rapidement possible comment on va s'organiser», philosophe le maire Fauteux.

Mais c'est la deuxième année consécutive où les municipalités doivent fournir un effort. Cet effort s'est élevé à 224 millions$ l'an dernier. Cela s'ajoute aux 300 millions$ exigés cette année. «On n'a pas l'intention de repasser à la caisse une troisième fois», prévient le maire et préfet.

Selon Arthur Fauteux, certaines régions ont besoin plus que d'autres de structures semblables à celles des CRÉ et des CLD. Chacune devra maintenant décider de la structure qui lui convient. «Le fait qu'un gouvernement de proximité ou local soit impliqué dans les dépenses, ça risque d'être plus pertinent. Comme les machines sont moins grosses, ça peut être plus efficace et efficient», avance-t-il.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer