Vent d'inquiétude dans les CPE

Chantal Pontbriand, directrice générale du CPE Le Grand... (photo Janick Marois)

Agrandir

Chantal Pontbriand, directrice générale du CPE Le Grand Chapiteau, invitait hier les parents à signer la pétition pour la sauvegarde de la politique familiale.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) La révision de la politique familiale inquiète les centres de la petite enfance (CPE) de la région. Et la fin du tarif unique, une des hypothèses étudiées par le gouvernement libéral qui a été révélée hier, n'a rien pour les rassurer, a dit Josée Charette, directrice générale du CPE Rayons de soleil de Roxton Pond.

Preuve que l'inquiétude est grande, une quinzaine de CPE, répartis aux quatre coins du territoire de La Voix de l'Est, se sont regroupés et souhaitent parler d'une même voix. Ils s'exprimeront par le biais d'une publicité couleur, pleine page, cette fin de semaine et ils participeront en grand nombre à une importante manifestation prévue dimanche à Longueuil.

Quelques autobus de la région regroupant des éducateurs en garderie, mais aussi des parents, se joindront au mouvement de mobilisation national au sujet de l'avenir des CPE, des services de garde en milieu familial et de la politique familiale québécoise, a affirmé Josée Charette, qui fait office de porte-parole locale pour l'occasion.

Les changements que souhaite apporter le gouvernement Couillard à la politique familiale ne sont pas de bon augure, affirme-t-elle. Hier, les médias ont dévoilé une possible grille tarifaire qui s'inscrirait dans la foulée de l'abolition du tarif unique, à compter du 1er avril 2015. La contribution de base passerait de 7,30$ à 8$ par jour. Mais il y aurait également une contribution supplémentaire pouvant aller jusqu'à 12$ par jour (pour un total maximum de 20$), selon le revenu familial net.

«Ce qu'on n'arrête pas de dire, c'est que c'est encore la classe moyenne qui va être touchée», souligne Mme Charette, endossant à cet effet les propos du directeur général de l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), Louis Sénécal.

Autres effets

Une hausse des frais de garde pourrait avoir d'autres effets, rapporte Josée Charette. «Les gens qui ont de jeunes enfants sont souvent en début de carrière et ne sont donc pas au maximum de l'échelle salariale. Dans les circonstances, ils vont se demander s'ils ont un troisième enfant. C'est une question que les gens ne se posaient plus depuis la nouvelle politique familiale et l'instauration du Régime québécois d'assurance parentale», fait-elle valoir.

Mme Charette souligne que le Québec a connu un «mini baby-boom» alors que les naissances sont passées, entre 2004 et 2012, de 74 068 à 88 700 enfants par année, selon l'Institut de la statistique du Québec. «Tout le monde le dit, c'est grâce à la politique familiale», dit-elle.

Chantal Pontbriand, directrice générale du CPE Le Grand Chapiteau, à Granby, a pour sa part souligné hier que l'augmentation des tarifs en garderie pourrait affecter directement les femmes. «Il y en a qui vont se questionner à savoir si elles continuent à travailler», dit-elle.

Les parents aussi inquiets

Le sujet était d'ailleurs sur toutes les lèvres hier. La direction du Grand Chapiteau rencontrait les parents, en fin de journée, au moment où ils allaient quérir leur bambin, pour leur expliquer les grandes lignes des modifications envisagées, les inviter à apposer un collant sur leur voiture en guise de soutien et à signer une pétition pour la sauvegarde de la politique familiale.

Et les parents prêtaient une oreille attentive. «De voir que ça pourrait augmenter, c'est épeurant pour le budget», a dit Emmanuelle Dorval, maman et éducatrice spécialisée.

«Ce n'est pas avantageux. Ça va toucher toute l'organisation familiale», a renchéri Ratiba Yahia, mère de quatre enfants, dont un en CPE.

«Ceux qui ont des revenus moyens vont y goûter. Je ne suis pas très d'accord avec ça», a commenté de son côté Marie-Lou Beaulieu, qui compte bien participer à la manifestation de dimanche.

Mélanie Larouche, mère de deux enfants, était d'accord avec une légère augmentation des tarifs. «Mais pas à ce point-là. La différence est énorme en bout de ligne», a-t-elle laissé tomber.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

À lire aussi

  • CPE: une manifestation s'organise

    Sherbrooke

    CPE: une manifestation s'organise

    Le milieu des centres de la petite enfance de l'Estrie s'organise en vue des manifestations qui auront lieu dimanche dans toutes les régions du... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer