L'assiduité: une bonne note pour nos députés

Le député de Brome-Missisquoi et ministre de l'Agriculture,... (photo Marie-Ève Martel, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le député de Brome-Missisquoi et ministre de l'Agriculture, Pierre Paradis.

photo Marie-Ève Martel, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Les citoyens les ont choisis pour les représenter sur la scène scolaire, municipale, provinciale ou fédérale. Mais les élus prennent-ils ce vote de confiance au sérieux? Font-ils preuve d'assiduité dans leurs fonctions? Pour le savoir, La Voix de l'Est a relevé leur taux de présence aux assemblées de la dernière année. Et leur rémunération à titre informatif.

Vérifier l'assiduité des députés provinciaux à l'Assemblée nationale n'est pas une mince affaire. Il n'existe aucun registre consignant leur présence en Chambre. La participation des députés aux votes de l'Assemblée n'est pas non plus comptabilisée.

Seul le vote par appel nominal permet d'avoir une idée de leur participation aux travaux. Les noms des députés apparaissent alors au procès-verbal des séances selon leur vote (pour, contre ou abstention).

Un survol des procès-verbaux depuis l'élection d'avril 2014 permet de constater que le député libéral de Brome-Missisquoi et ministre de l'Agriculture Pierre Paradis et le député caquiste de Granby ont été assez assidus à l'hôtel du Parlement.

Sur les 12 séances ayant compté un ou plusieurs votes par appel nominal - entre le 1er juin 2014 et le 9 octobre 2014 -, Pierre Paradis a été présent chaque fois.

M. Bonnardel a cependant manqué les dix votes demandés lors de la seule et même séance du 13 juin 2014.

«C'était durant le Grand Défi Pierre Lavoie pour lequel je pilote une équipe, explique-t-il. Mais s'il y avait eu, ce jour-là un vote de confiance sur le gouvernement, je serais allé, c'est certain.»

Autrement, François Bonnardel est un modèle de présence. «Depuis le 31 mars 2007, si j'ai manqué trois périodes de questions, c'est beau. C'est ce pour quoi je suis payé, c'est mon boulot», dit-il, en précisant qu'il ne prend jamais de vacances durant les travaux parlementaires.

Il ne compte plus les fois où il a fait l'aller-retour Granby-Québec dans la même journée pour être présent au Parlement et à une activité de circonscription.

Et les autres députés? «Chacun a ses raisons. C'est un choix. Tout le monde connaît son rôle, mais ceux qui manquent souvent sont assez rares», fait remarquer celui qui a d'ailleurs été whip - le gardien de la discipline et des présences - de son parti à deux reprises.

Le Code d'éthique et de déontologie des membres de l'Assemblée nationale précise ceci: «Le député fait preuve d'assiduité dans l'exercice de ses fonctions. Il ne peut, sans motif valable, faire défaut de siéger à l'Assemblée nationale durant une période déraisonnable.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer