Plan d'action pour le lac Boivin : des montants prévus au prochain budget

«On n'attendra pas un an ou deux avant... (photo Maxime Sauvage, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«On n'attendra pas un an ou deux avant de commencer. Et c'est certain que ça va prendre des sous. Il faut être conséquent avec notre démarche pour améliorer le lac Boivin», soutient Jean-Luc Nappert, le conseiller responsable des dossiers environnementaux à la Ville de Granby.

photo Maxime Sauvage, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Granby) La Ville de Granby investira dès l'année prochaine pour améliorer la santé du lac Boivin. Des montants d'argent seront prévus dans le budget 2015 pour appuyer le plan d'action, soutient le conseiller responsable des dossiers environnementaux à la Ville, Jean-Luc Nappert, au lendemain du forum des partenaires sur l'avenir du lac tenu mercredi au Centre d'interprétation de la nature du lac Boivin.

«On n'attendra pas un an ou deux avant de commencer. Et c'est certain que ça va prendre des sous. Il faut être conséquent avec notre démarche pour améliorer le lac Boivin», a expliqué M. Nappert hier en entrevue à La Voix de l'Est.

Les discussions se poursuivent au conseil pour la préparation du budget et du programme triennal d'immobilisations, a dit le conseiller du quartier numéro 2. M. Nappert, qui n'a pas voulu avancer de chiffres, a indiqué qu'il travaille à convaincre des membres du conseil d'appuyer le plan d'action.

Les élus devraient avoir une bonne idée des interventions proposées dans le plan d'action dans quelques semaines. Un rapport complet est en effet attendu d'ici là. Il est en voie de rédaction par l'Organisme de bassin versant de la rivière Yamaska et EXP, la firme de génie retenue par la Ville, pour l'accompagner dans ce projet.

Une trentaine de représentants

Lors du forum des partenaires tenu mercredi, plusieurs aspects du futur plan d'action ont été abordés, a dit M. Nappert. La rencontre, à laquelle participait une trentaine de représentants d'organismes publics (ministères, villes et MRC) et de groupes environnementaux, fait suite à la consultation publique organisée au début de mois de mai pour trouver des solutions pour le lac Boivin.

Il a été notamment question d'harmoniser la réglementation des différentes municipalités du bassin versant du lac Boivin. Les règles qui ont trait aux engrais, au contrôle de l'érosion et à l'aménagement du territoire, d'énumérer M. Nappert, doivent être similaires d'une municipalité à une autre pour avoir des impacts positifs sur l'environnement. «On le répète tout le temps, mais c'est tellement logique: il faut qu'on agisse en amont du cours d'eau. Sinon, on va travailler pour rien. Il faut que toutes les municipalités accordent leur flûte.»

Outre les aspects réglementaires, des idées d'interventions directes dans le lac Boivin et aux alentours du plan d'eau ont aussi été discutées lors du forum. L'installation d'aérateurs et l'aménagement de marais filtrants et de bassins de captation ont été suggérés, a dit M. Nappert.

Toutes les idées seront considérées par leurs auteurs du plan d'action, a-t-il assuré. «C'était la dernière séance de remue-méninges. Les gens de OBV Yamaska et de EXP vont ramasser et démêler tout ça et nous préparer un plan d'action. Ça va nous dire comment procéder et combien ça va coûter», a souligné M. Nappert.

Le rapport des consultations ainsi que le plan d'action seront rendus publics en février. Ils feront l'objet d'une présentation à la population, a laissé savoir M. Nappert.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer