Élections scolaires : la CAQ n'appelle pas au boycott, dit Bonnardel

«Je prône toujours pour moins de structures et... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Je prône toujours pour moins de structures et plus de services dans les écoles», dit le député de Granby, François Bonnardel.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) La Coalition avenir Québec n'encourage pas les citoyens à bouder les élections scolaires, précise le député de Granby, François Bonnardel.

«On n'a jamais dit ça, indique le leader parlementaire de la CAQ, joint hier. Et loin de moi l'idée de vouloir influencer les Granbyens.»

Mardi, le porte-parole de la CAQ en matière d'éducation, le député de Chambly Jean-François Roberge, a indiqué que les membres du parti boycotteront le scrutin du 2 novembre afin de pousser le ministre de l'Éducation à «revoir l'administration scolaire».

François Bonnardel refuse de dire s'il votera ou non le 2 novembre afin de ne pas influencer les citoyens qu'il représente. Mais il approuve le principe derrière la déclaration du député de Chambly. «Je prône toujours pour moins de structures et plus de services dans les écoles», dit-il.

Autonomie

À son avis, il faut redonner plus d'autonomie aux écoles et aux enseignants. «Chaque école pourrait être autonome et définie par elle-même» puisque «le modèle tel qu'on le connaît (des commissions scolaires) a échoué». Le député de Granby en veut pour preuve le taux de décrochage au secondaire qu'il juge toujours alarmant et envers lequel, semble-t-il, «personne n'est imputable».

«Au final, les directions d'école auront à répondre de la réussite des enfants, dit M. Bonnardel. Il ne faudrait jamais perdre un jeune. L'éducation, c'est un enjeu majeur de notre société dans les 20 prochaines années, et je crois en l'école publique.»

Il ajoute que même le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, n'est pas enthousiaste à l'idée des prochaines élections scolaires, dont les résultats l'inspireront pour apporter des modifications au système. «C'est clair qu'il a de quoi en tête», dit François Bonnardel, qui trouve toutefois dommage que «ça va prendre 20 millions $ pour donner des résultats similaires à 2007».

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer