Une page d'histoire se tourne chez Beaulieu Canada à Farnham

Beaulieu Canada fermera sa filature au début de... (photo Alain Dion)

Agrandir

Beaulieu Canada fermera sa filature au début de l'année 2015. Ce faisant, une page d'histoire sera tournée car il ne restera vraisemblablement plus rien du fabricant et distributeur de tapis à Farnham. Une centaine d'emplois seront abolis.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Farnham) Coup dur pour la ville de Farnham. Beaulieu Canada fermera sa filature au début de l'année 2015, laissant environ 80 personnes sans emploi. Ce faisant, une page d'histoire sera tournée, car il ne restera vraisemblablement plus rien du fabricant et distributeur de tapis à Farnham.

Cette nouvelle, apprise vendredi dernier aux employés, survient quelques mois à peine après que l'entreprise eut décidé de déménager cet automne son centre de distribution et ses activités d'inspection de Farnham vers Acton Vale, où se trouve son siège social. Pas moins de trente personnes sont touchées par cette mesure. Au total, une centaine d'emplois est ainsi abolie à Farnham.

«Cette décision (la fermeture de la filature), qui entrera en vigueur le 2 janvier 2015, repose sur des motifs d'ordre économique et stratégique, afin de permettre à l'entreprise de mieux se positionner par rapport au marché nord-américain, et ce, dans le but de toujours mieux servir ses clients», a déclaré Beaulieu Canada par voie de communiqué. L'entreprise a aussi pris soin de préciser que la fabrication de tapis de l'usine d'Acton Vale n'est pas touchée par cette annonce.

La nouvelle a néanmoins eu l'effet d'un coup de massue pour le maire de Farnham, Josef Hüsler, hier. Il l'a apprise de la représentante de La Voix de l'Est. L'ampleur des abolitions des postes le désole parce que, en contrepartie, il ne se crée pas suffisamment d'emplois pour compenser, a-t-il fait valoir hier. Malgré tout, il «voyait ça venir...», a-t-il glissé.

«Je sympathise avec les employés qui sont là depuis tant d'années», a affirmé le maire Hüsler. Ce dernier ne cache pas avoir peu d'espoir que l'entreprise revienne sur sa décision, même s'il devait y avoir une mobilisation populaire. «Tout est déjà planifié, préparé», dit-il, réaliste.

Rencontre demandée

La Centrale des syndicats démocratique (CSD), qui représente les employés de l'entreprise à Farnham, a malgré tout sollicité une rencontre avec le président de Beaulieu America, Karel Vercruyssen. «Nous avons demandé une rencontre dans les plus brefs délais pour voir s'il y a quelque chose à faire», a dit hier le coordonnateur régional à la CSD, Réjean Audy.

Selon lui, les travailleurs de Beaulieu ont été avisés «très froidement» de la perte future de leur emploi. La moyenne d'âge des employés y est de 55 ans et l'ancienneté moyenne, de 32 ans.

Reste que, même si la nouvelle est dure à digérer, plusieurs craignaient la cessation complète des opérations de traitement de fil ainsi que d'échantillonnage de l'usine de Farnham. «L'espoir n'était pas bien grand depuis l'annonce de la fermeture du centre de distribution», dit M. Audy.

Ce dernier affirme par ailleurs être très déçu de la gestion de l'entreprise. «Ça sent parfois l'improvisation. Ils ont embauché trois nouveaux employés la semaine passée», affirme le coordonnateur régional de la CSD.

Retrousser les manches

Le conseiller industriel au Centre local de développement (CLD) de Brome-Missisquoi, Benoit Lévesque, indique pour sa part que «même si ce n'est pas une grande surprise», c'est une «triste nouvelle pour Farnham». «C'est une page d'histoire qui se tourne», a-t-il déploré hier. Avant d'être acquises par Beaulieu, les installations de Farnham ont longtemps été la propriété de Peerless.

M. Lévesque affirme que le CLD et d'autres intervenants économiques travaillaient activement avec Beaulieu Canada. «Mais on est dans un contexte où ce n'est pas juste l'argent qui règle les choses», fait-il valoir. «On va prendre contact avec les responsables de l'entreprise, même si ces décisions sont souvent irréversibles», ajoute le conseiller industriel.

Celui-ci souligne malgré tout que le CLD travaille sur plusieurs petits projets menés par différentes entreprises. «On est une région où les emplois industriels sont quand même en croissance. On va se retrousser les manches et on va les retrouver, ces emplois-là», lance-t-il.

Les messages laissés hier au vice-président finances et chef de la direction financière de Beaulieu Canada, Benoit Leclair, sont demeurés lettre morte. L'entreprise a toutefois laissé savoir qu'un comité de reclassement sera mis sur pied dans les prochaines semaines pour aider les employés de Farnham. Beaulieu souligne également être à la recherche de candidats pour pourvoir une dizaine de postes de son usine d'Acton Vale.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer