Retrouvé par un maître-chien: le jeune Simon s'était perdu en jouant à la cachette

Simon Imbault a été retrouvé vers 18h45, alors... (photo Bruno Beauregard, Collaboration spéciale)

Agrandir

Simon Imbault a été retrouvé vers 18h45, alors que la noirceur était bien établie.

photo Bruno Beauregard, Collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Rougemont) Les parents d'un garçon de huit ans ont eu la plus grande peur de leur vie lorsque celui-ci a disparu, hier vers 12 h 45, pour n'être retrouvé qu'à la noirceur, sain et sauf. Simon Imbeault jouait à la cachette avec sa jeune soeur et sa cousine sur le mont Rougemont, lorsqu'on a perdu sa trace.

Tous les cinq marchaient en montagne pour se rendre à la croix. C'est dans ce secteur que le garçon est disparu, ne sortant jamais de sa cachette. La famille a appelé les secours vers 13 h 30, environ 45 minutes après avoir tenté de le retrouver par elle-même.

Plusieurs équipes ont été dépêchées sur place, où des caps rocheux se trouvent à proximité de la croix. Deux maîtres-chiens, des patrouilleurs en véhicule tout terrain, des membres de l'équipe d'urgence et des patrouilleurs de la Sûreté municipale Richelieu-Saint-Laurent ont été déployés partout dans la montagne, explique la sergente Christine Coulombe, porte-parole de la SQ. Dans le ciel patrouillait un hélicoptère.

Selon le maire Alain Brière, «les citoyens de Rougemont connaissent la montagne comme leur poche». Ce n'était toutefois pas le cas de la famille de Simon, qui s'est installée dans la municipalité en mars, ajoute-t-il. M. Brière raconte qu'une soixantaine de citoyens munis d'un véhicule tout terrain se sont joints aux recherches en montagne. Les dizaines d'autres citoyens, qui se sont massés près du quartier général, ont été invités à patrouiller les secteurs tout autour de la montagne, où le garçon aurait pu redescendre.

«Je me suis mise à paniquer»

Les efforts ont finalement porté leurs fruits. C'est un maître-chien qui a retrouvé l'enfant vers 18 h 45, alors que la noirceur était bien établie, à 700 mètres de l'endroit où il avait été vu pour la dernière fois. Les ambulanciers se sont assurés de son état de santé avant qu'il puisse repartir avec ses parents.

«Je suis tellement heureuse. Quand la noirceur s'est mise à tomber, et le froid, je me suis mise à paniquer. Il était temps qu'on le retrouve!», a commenté Heidi Bouffard, la mère de Simon, sur les ondes de TVA.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer