Visites des inspecteurs municipaux : Farnham resserre les règles

«Nos inspecteurs n'ont pas à prendre parti», dit... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Nos inspecteurs n'ont pas à prendre parti», dit le DG de Farnham, François Giasson.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) Les inspecteurs municipaux et les préventionnistes en incendie de la Ville de Farnham n'auront plus à visiter des logements à la suite de plaintes. La Ville modifie son règlement pour éviter que ses inspecteurs soient instrumentalisés dans des querelles entre propriétaires et locataires.

Les services de l'urbanisme et des incendies de la Ville de Farnham sont de plus en plus impliqués dans des causes de la Régie du logement, signale François Giasson, directeur général de la Ville. Autant des propriétaires que des locataires utilisent les rapports d'inspection d'employés municipaux pour plaider leur point de vue. Ceux-ci sont parfois appelés à témoigner dans des causes, une situation à laquelle le conseil veut mettre fin.

«Nos inspecteurs ne devraient pas être mêlés à ça. Ils n'ont pas à prendre parti. Ce n'est pas leur rôle de témoigner devant la Régie sur ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas», soutient M. Giasson. Leur passage devant la Régie entraîne des coûts importants, souligne-t-il également. «Ils peuvent attendre plusieurs heures avant de passer devant un commissaire de la Régie», dit-il, rappelant qu'ils sont alors payés par la Ville.

Sans pouvoir préciser combien de cas ont impliqué des inspecteurs de la Ville à la Régie, M. Giasson affirme qu'une tendance se dessine. «Ça commence à devenir une plaie.»

Les inspecteurs municipaux et les préventionnistes poursuivront leur travail, dit-il, mais ils ne répondront plus aux demandes de locataires et propriétaires qui préparent leur cause pour la Régie du logement.

Terminés les bacs noirs

Les propriétaires d'édifices de six logements et plus à Farnham devront dès janvier 2016 s'occuper eux-mêmes de l'enlèvement des ordures sur leur propriété. La Ville n'assumera plus ce service.

La décision a été prise pour des questions d'esthétisme et de salubrité, explique le maire Josef Hüsler. L'alignement d'autant de bacs noirs au bout des entrées, les jours de collecte, constitue une pollution visuelle. Aussi, les bacs restent souvent quelques jours devant les édifices avant qu'ils ne soient ramenés derrière. La Ville a reçu plusieurs plaintes à ce sujet.

Les propriétaires se verront rembourser leur taxe de 55$ par unité de logement pour l'enlèvement des ordures. Toutefois, ils devront auparavant démontrer à la Ville qu'ils ont contracté une entente avec une entreprise pour faire le travail.

Centre de la nature

Aucune entente n'est intervenue entre la Ville de Farnham et le ministère de l'Environnement sur les travaux effectués au Centre de la nature. Le Ministère les a fait stopper en août parce que la Ville n'avait pas obtenu les certificats d'autorisation requis pour aller de l'avant. Des travaux ont été faits sur les berges de la rivière Yamaska ainsi que dans un milieu humide, soutient le Ministère.

Les discussions se poursuivent dans ce dossier, a dit le maire Hüsler. «On va rencontrer les gens du Ministère et on va en discuter pour trouver une solution.»

Freins moteurs

La Ville de Farnham demandera au ministère des Transports d'installer des panneaux sur la route 104, dans le segment de la route de contournement au sud, pour inviter les camionneurs à ne pas utiliser leurs freins moteurs.

Des résidants du secteur se sont plaints du bruit occasionné par ces systèmes de freinage.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer