Courses gourmandes: une refonte du calendrier envisagée

Des centaines de coureurs ont pris les rues... (photo Maxime Sauvage)

Agrandir

Des centaines de coureurs ont pris les rues de Saint-Paul-d'Abbotsford d'assaut, hier, pour prendre part au premier Demi-marathon des récoltes.

photo Maxime Sauvage

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Saint-Paul-d'Abbotsford) Les Courses gourmandes portent très bien leur nom puisque les athlètes en sont friands. D'ailleurs, plus de 1400 participants ont convergé vers Saint-Paul-d'Abbotsford pour prendre part aux activités au menu du premier Demi-marathon des récoltes, hier. Malgré ce franc succès, l'événement sportif serait remis en cause, ont fait valoir les organisateurs alors que la sueur perlait encore sur le front des coureurs.

Un brin essoufflé après le sprint des préparatifs des derniers jours, Frédéric Houde, membre de l'organisation des Courses gourmandes, s'est dit soulagé de donner le coup d'envoi de cette première mouture, hier. Une ombre plane toutefois à l'horizon, car les compétitions de course à pied sont légion à cette période de l'année. De plus, la tenue de tels événements n'est pas sans irriter certains citoyens, notamment les agriculteurs. Car comme le nom de l'épreuve sportive l'évoque si bien: c'est le temps des récoltes.

«J'ai réussi à dormir deux heures hier (samedi). Les détails de dernière minute, c'est énormément de travail, a fait valoir le responsable du marketing et des communications. Voir des milliers de participants ici, alors que je viens d'apprendre qu'il y avait une autre course le même jour dans le coin au profit de Leucan, c'est un peu déstabilisant. Il y avait aussi une grosse compétition à Mascouche qui aurait pu nous enlever une partie de notre clientèle. Dans les circonstances, on s'en sort plutôt bien. Mais c'est certain que le fait de devoir barrer plusieurs tronçons de route ne plaît pas à tout le monde.»

Rappelons qu'en juin, le Demi-marathon des vignobles avait également récolté un bon achalandage, attirant près de 1200 athlètes au coeur du village traversé de bout en bout par la route 112. Une refonte du calendrier menant à la tenue d'une seule compétition à Saint-Paul-d'Abbotsford est donc dans les cartons, a indiqué Frédéric Houde. «Oui, les gens sont au rendez-vous. Tant mieux. Mais ce serait peut-être gagnant de faire un plus gros demi-marathon ici, a-t-il concédé. On va devoir étudier sérieusement la question.»

Bien qu'il soit ravi des retombées générées par les Courses gourmandes, le maire de la municipalité, Jacques Viens, se questionnait également à savoir si le Demi-marathon des récoltes serait reconduit.

«C'est vraiment super de voir autant de gens au rendez-vous! , s'est-il réjoui. J'ai eu la chance de survoler le site en avion. Les contrastes de couleurs, c'était splendide du haut des airs. Nous avons la chance d'avoir la montagne et un paquet d'autres attraits comme les vignobles autour. Les Courses gourmandes, c'est une très belle vitrine pour la région et ça cadre très bien avec notre vision de développement à long terme. Mais il ne faut pas perdre de vue que près de 70 000 personnes passent par ici durant le temps des pommes. Et nous sommes en plein dans le temps des récoltes pour les agriculteurs. Ça ferait peut-être notre affaire que ça tombe sur une journée de plus grande envergure plutôt que deux.»

Formule gagnante

Même si l'avenir de la course semble incertain, n'en demeure pas moins que le concept fait l'unanimité. Ainsi, les participants avaient le choix de parcourir des tracés de 5 km, 10 km ou 21 km à la course ou de 5 km pour les marcheurs. De leur côté, les tout-petits avaient droit à un circuit de 1 km. Les cyclistes avaient aussi de quoi se dégourdir les jambes en sillonnant le même parcours que les coureurs autour du mont Yamaska, qui fait exactement 21 km.

Une fois la ligne d'arrivée franchie, tout ce beau monde a pu déguster le nectar des vignobles locaux. Une vingtaine de membres de l'Association des artisans et du tourisme du mont Yamaska ont également proposé leurs produits. De plus, les organisateurs verseront un dollar par inscription à l'école primaire Micheline-Brodeur pour la tenue d'activités. Idem pour la fondation Les enfants de l'Opéra, qui soutient le développement du plein potentiel des jeunes de 5 à 18 ans.

 «Je crois que les Courses gourmandes ont une formule gagnante, surtout pour une municipalité comme la nôtre. Ici, on a tout pour que ça fonctionne. Il y a de belles retombées locales et les citoyens embarquent dans le projet. C'est clair qu'on veut que ça perdure dans le temps, a insisté Jacques Viens. Reste à voir de quelle façon ça va se faire.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer