Courir pour Leucan

C'est pour rendre hommage à la petite Audrey,... (photo Maxime Sauvage)

Agrandir

C'est pour rendre hommage à la petite Audrey, décédée il y a deux ans, que sa mère et sa marraine, Natasha Gaudet et Catherine Alie, ont parcouru les 5 km.

photo Maxime Sauvage

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Le temps frisquet n'aura pas refroidi les ardeurs des quelque 120 participants à Courir pour Leucan, qui s'est tenu pour une troisième fois hier au parc Daniel-Johnson de Granby. Même si les participants étaient nettement moins nombreux cette année, l'enthousiasme, lui, était toujours au rendez-vous.

La somme de 13 500$ a été recueillie pour l'organisme, qui apporte soutien et réconfort aux proches d'enfants atteints d'un cancer. L'an dernier, près de 230 participants avaient réussi à amasser 26 000$, soit 6000$ de plus que les 150 duos ayant pris part au tout premier défi.

Le principe demeurait le même qu'à ses débuts: en tandem, les participants devaient parcourir une distance de 5 km, peu importe la manière, pourvu qu'ils complètent le trajet ensemble, symbolisant l'accompagnement aux familles tout au long de la dure épreuve qu'est le cancer d'un enfant.

Pas besoin donc d'être un athlète pour relever le défi et arborer fièrement sur la joue un tatouage temporaire à l'effigie de la célèbre coccinelle. «On ne va pas chercher les gens coureurs, mais plus des gens touchés par la cause», indique Marie-Joëlle Dubreuil, chargée de projets pour Leucan Montérégie.

Une occasion parfaite pour s'initier à la course à pied, comme l'ont exprimé plusieurs participants. S'ils étaient d'abord venus pour soutenir Leucan, l'opportunité de faire d'une pierre deux coups pour être plus actif constituait une motivation à s'inscrire supplémentaire pour plusieurs.

Même le député de Granby, François Bonnardel, est sorti de sa zone de confort. «Un 50 kilomètres de vélo, ça va, mais la course à pied, c'est moins mon fort!» lance-t-il.

Redonner à Leucan

Frappé d'un diagnostic de leucémie en décembre 2012, le porte-parole de cette troisième édition, Alexis Dover-Martin, avait déjà participé à la course familiale l'an dernier. «C'était la première fois que je courais depuis mon diagnostic», raconte celui qui est en rémission depuis plus d'un an déjà.

Pour le porte-parole, l'événement est aussi une manière de redonner à l'organisme qui l'a soutenu, lui et sa famille, dans des moments plus difficiles. «Ils ont fait beaucoup pour nous», note-t-il.

Le jeune homme de 21 ans était bien accompagné hier, alors qu'une vingtaine de proches sont venus relever le défi avec lui. «On est tous ensemble pour Alexis, souligne sa copine, Sabrina D-Walsh. Il y a une bonne énergie et ça nous rapproche!»

De leur côté, c'est pour rendre hommage à la petite Audrey, décédée il y a deux ans, que sa mère et sa marraine, Natasha Gaudet et Catherine Alie, ont parcouru les 5 km. À l'image de leur «petite princesse», qui avait reçu son diagnostic il y a exactement trois ans samedi, elles portaient fièrement de jolis diadèmes.

«On fait ça vraiment pour redonner de l'argent à Leucan, explique Mme Gaudet. Ils ne nous ont jamais lâchés. Même aujourd'hui, ils sont encore présents pour nous. Je trouve ça important d'encourager Leucan, car je sais à quoi les dons qu'on leur fait servent.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer