Les Inouk s'effondrent

L'entraîneur-chef des Inouk, David Lapierre, a tenté de... (photo Maxime Sauvage, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Inouk, David Lapierre, a tenté de fouetter sa troupe, en vain.

photo Maxime Sauvage, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Indiscipline. Voilà ce qui a coulé les Inouk hier. Pourtant, la troupe de David Lapierre avait réussi à garder la tête hors de l'eau malgré de nombreuses pénalités au cours des deux premières périodes. Mais tout s'est effondré au dernier tiers pour la formation granbyenne, qui s'est inclinée 7-3 sur la patinoire des Cougars de Sherbrooke.

«Je pense que ce soir (hier), les joueurs ont utilisé leurs bâtons pour sauver des coups de patin. Quand tu joues comme ça, c'est clair que tu vas payer la note et c'est ce qui est arrivé», a déploré l'entraîneur-chef, David Lapierre.

Il faut avouer que les chiffres sont plutôt évocateurs puisque les Inouk cumulent plus de 400 minutes de pénalités depuis le début de la saison, soit près du double de leurs rivaux dans la division David Perron. Avec 71 buts accordés en 11 parties, les gardiens ne livrent définitivement pas la marchandise, souligne Lapierre.

C'est Simon Bergeron qui était devant le filet des Inouk. Il a repoussé 21 des 28 tirs dirigés vers lui. L'entraîneur-chef croit néanmoins que l'équipe en entier doit prendre le blâme pour ses insuccès.

«On sait qu'on est capables de marquer des buts. On en a inscrit 12 au dernier match. Mais quand tu en accordes 14 en deux parties, c'est beaucoup trop, a-t-il clamé au bout du fil. Il y a un moment où le niveau de jeu des gardiens va devoir s'élever d'un cran. D'un autre côté, l'indiscipline des joueurs autour d'eux n'aide pas à leur donner confiance. Il va falloir se ressaisir à tous les niveaux.»

Encore une fois, les champions en titre de la Ligue de hockey junior du Québec ont connu un mauvais départ, allouant deux buts sans riposte à leurs adversaires. À quelques minutes de la fin de la première période, Érik Longtin a toutefois donné une lueur d'espoir aux siens en enfilant son 11e but de la saison en avantage numérique. Jason Crack et Nicolas Lamoureux-Bisson ont récolté une aide chacun sur le jeu. Il faut dire que Longtin et Crack avaient mis les Inouk dans l'eau chaude en écopant chacun d'une pénalité quelques minutes auparavant.

Trop peu, trop tard

Les Cougars ont ouvert la machine tôt en deuxième, quand Cédric Montminy a inscrit son second but du match quelques secondes après la reprise des hostilités. Son coéquipier Michaël Rhéaume a fait de même un peu plus tard. Puis, Philip Sardhina et Mickael Fillion ont tour à tour fait bouger les cordages pour Granby.

À 4-3, tous les espoirs étaient permis. Mais Longtin a tout bousillé, écopant d'une pénalité pour coup de bâton à 19:23. Les Cougars n'allaient pas rater cette chance, ajoutant un but à leur avance par l'entremise d'Anthony Bonneau. Lapierre a tenté de fouetter sa troupe pour qu'elle évite les coûteuses punitions, en vain. «Le message a été adressé dans la chambre entre la deuxième et la troisième, mais il semble que ce n'était pas assez clair, a-t-il indiqué. On va prendre les moyens pour que ça ne se reproduise plus.»

La troisième a été l'affaire de Sherbrooke, qui a marqué deux buts en avantage numérique, mettant un terme aux espoirs des porte-couleurs de Granby.

Les Inouk tenteront de retrouver le chemin de la victoire, jeudi, alors qu'ils seront les visiteurs des Braves de Valleyfield.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer