Ça va être catastrophique pour les écoles privées

«Si on perd 40% de notre clientèle, ça... (photo Alain Dion)

Agrandir

«Si on perd 40% de notre clientèle, ça deviendrait extrêmement difficile à supporter financièrement», dit Jean Striganuk, directeur général de l'école secondaire du Verbe Divin.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Les écoles secondaires privées de Granby pourraient fermer leurs portes si l'État sabre leur financement, préviennent-elles.

«C'est une possibilité, indique Jean Striganuk, directeur général du Verbe Divin. Si on perd 40% de notre clientèle, ça deviendrait extrêmement difficile à supporter financièrement.»

Québec envisage de couper de moitié ses subventions au secteur privé. Selon M. Striganuk, la majorité des parents d'élèves ne pourrait payer l'augmentation des frais qui en découlerait.

«Il ne manque pas grand-chose pour que les parents ne puissent plus suivre la parade, dit-il. Même 50$ de plus, pour certains, c'est beaucoup. Déjà, des parents sont inquiets.»

Même constat du côté du collège Mont-Sacré-Coeur. «Ça va être catastrophique, reconnaît le directeur général Claude Lacroix. Combien d'élèves suivront? Je ne sais pas jusqu'où on peut étirer l'élastique.»

Les écoles privées ont déjà augmenté leur facture, cette année, à cause d'une baisse du financement de leur transport scolaire. Une autre coupe et «ça serait dangereux», dit M. Striganuk.

Avec des frais annuels d'environ 2500$, les deux écoles secondaires privées de Granby peuvent se targuer d'être encore accessibles à la classe moyenne, dit le directeur du Verbe Divin. «Mais il faut être capable de fonctionner.»

Le collège Mont-Sacré-Coeur tiendra ses journées portes ouvertes dans trois semaines. «On dit quoi aux parents? , demande M. Lacroix. Notre personnel aussi est inquiet.»

La société y perdrait au change, estime Jean Striganuk

Le débat sur le financement des écoles privées n'est pas nouveau. Régulièrement, des voix s'élèvent pour réclamer que leurs subventions soient complètement abolies. D'un simple point de vue comptable, la société y perdrait au change, dit Jean Striganuk.

Il rappelle que ces établissements sont financés à 60% (75% selon certaines sources). Les parents défraient le reste, ce qui fait économiser d'autant l'État. Sans école privée, tous les élèves seraient au public et financés à 100%, dit-il.

«Si c'est pour faire économiser l'État, il ne faut pas savoir compter! , dit M. Striganuk. Je ne suis pas contre l'idée de revoir le financement, mais je dirais au gouvernement d'être prudent, de regarder tous les facteurs avant de prendre une décision. Le public pourrait-il absorber 100 000 élèves de plus? Et les enseignants qui perdraient leur emploi?»

Claude Lacroix y voit plutôt un calcul politique. «J'ose croire que c'est un ballon d'essai», dit-il.

Élitisme?

Tous deux rejettent les accusations d'élitisme souvent dirigées vers les écoles privées. Ils estiment qu'elles créent une saine concurrence avec les écoles publiques, qui se font déjà concurrence entre elles, dit Jean Striganuk. Au Verbe Divin tout comme au Mont-Sacré-Coeur, on dit ne pas sélectionner les élèves.

«On travaille avec ceux qui nous font confiance, dit M. Striganuk. C'est pas vrai que l'école privée, c'est pour les riches. Et ça ne devrait pas l'être non plus.»

En Ontario, où l'école privée n'est pas subventionnée «c'est là que ça devient une école d'élite». «L'important, c'est que l'élève soit à l'aise dans son milieu scolaire.»

«Je pense que le secteur privé a sa place, dit Claude Lacroix. On a amené beaucoup au système d'éducation. L'école internationale, ça vient de nous. Les journées de préparation à l'école secondaire aussi.»

L'école secondaire du Verbe Divin affiche complet cette année avec 538 élèves, tandis que685 adolescents fréquentent lecollège Mont-Sacré-Coeur, qui peut en accueillir davantage.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer