Un nouveau poste frontalier évalué à 2,5 M$ à Morses Line

Le poste frontalier de Morses Line à Saint-Armand... (photo Janick Marois)

Agrandir

Le poste frontalier de Morses Line à Saint-Armand sera bientôt complètement reconstruit. La bâtisse actuelle sera démolie afin de construire un nouveau bâtiment. Le projet est évalué à 2,5 millions$.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Saint-Armand) Construit il y a une cinquantaine d'années, le poste frontalier de Morses Line situé à Saint-Armand sera démoli et rebâti. Le projet évalué à 2,5 millions$ sera lancé dans quelques jours et devrait être complété au printemps prochain. Aucune interruption de service n'est prévue pendant les travaux.

«L'édifice actuel a été construit dans les années 1960 et il a atteint la fin de sa vie utile», a expliqué Dominique McNelly, conseiller en communications à l'Agence des services frontaliers du Canada pour la région du Québec, en entrevue avec La Voix de l'Est, hier.

Des travaux majeurs seront réalisés pour offrir un poste frontalier qui répond mieux aux besoins du personnel, dont le mandat a changé au fil du temps. «Lorsqu'il a été construit, les agents des services frontaliers n'étaient pas armés à cette époque-là et ils n'appliquaient pas le Code criminel», cite en exemple M. McNelly.

Les autorités ont opté pour la démolition de la bâtisse actuelle afin d'en construire une nouvelle plutôt que de simplement rénover les installations déjà en place. «C'est une solution plus efficace et plus économique», affirme le porte-parole de l'ASFC.

Le chantier se mettra en branle à compter de la semaine prochaine. Une roulotte sera transportée sur place et sera aménagée afin d'y accueillir le poste frontalier temporaire, qui demeurera ouvert pendant la durée des travaux. Les ouvriers procéderont ensuite à la démolition de la bâtisse.

Le nouveau poste frontalier sera construit par Corcan, un programme de réadaptation du Service correctionnel du Canada qui offre emploi et formation aux délinquants, notamment dans le domaine de la construction. La bâtisse sera construite en modules préfabriqués, qui seront ensuite transportés jusqu'au poste frontalier pour son assemblage final. Le nouvel immeuble devrait être terminé au printemps 2015.

Mise en place du projet pilote

Les nouvelles installations permettront également la mise en oeuvre du projet-pilote de cinq ans annoncé en 2013, qui consiste à traiter le passage à la douane à distance.

Les voyageurs qui traversent la frontière américaine en dehors des heures habituelles de service seront reçus par un agent des services frontaliers travaillant à partir d'Hamilton en Ontario, mais qui pourra voir le conducteur et les passagers des véhicules grâce à des caméras. Il pourra aussi leur parler grâce à un système de microphones.

À la suite de l'échange, l'agent déterminera si le voyageur est autorisé à entrer au pays ou pas. Si ce n'est pas possible, le voyageur devra se rendre à la douane canadienne la plus près. L'agent devra quant à lui alerter le point d'entrée ouvert en tout temps en cas de problèmes. Le douanier contrôlera donc l'accès au pays à distance grâce à une guérite.

L'impact des travaux devrait être minime pour les voyageurs qui veulent entrer au Canada via le poste frontalier de Morses Line, assure Dominique McNelly. «Aucune interruption de service n'est prévue», rappelle-t-il.

Ce poste frontalier de Saint-Armand, qui a accueilli près de 21 500 voyageurs au cours de la dernière année, avait fait couler beaucoup d'encre en 2011 lorsque ses heures d'ouverture avaient été réduites. La construction d'un nouveau poste permet de croire qu'il sera là pour rester. «C'est un investissement pour l'avenir», souligne M. McNeely.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer