Mort de Jeffrey Dubeau-Ménard en mai 2013: l'aquaplanage et les pneus usés en cause

L'aquaplanage et des pneus trop usés seraient à... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

L'aquaplanage et des pneus trop usés seraient à l'origine du dérapage qui a coûté la vie à Jeffrey Dubeau-Ménard, le 23 mai 2013.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Roxton Pond) L'hypothèse des policiers voulant que la mort de Jeffrey Dubeau-Ménard, survenue en mai 2013 à Roxton Pond, soit due à l'aquaplanage a été confirmée par la coroner Manon Paquette. Dans son rapport rendu public hier, qui conclut à une mort accidentelle, le médecin légiste indique également que la météo et les pneus très usés du jeune automobiliste ont contribué à son dérapage mortel.

Rappelons que le 23 mai 2013, le jeune Jeffrey Dubeau-Ménard, 18 ans, circulait sur la route 139 à Roxton Pond, au terme d'une journée de travail. La visibilité était réduite en raison de la forte pluie qui tombait à ce moment-là.

Le jeune conducteur a perdu soudainement la maîtrise de son véhicule, qui a tourné sur lui même et s'est renversé «perpendiculairement dans la voie opposée», peut-on lire dans le rapport. La voiture a par la suite été percutée sur le côté passager par un autre véhicule arrivant en sens inverse.

Sur place, les policiers ont retrouvé l'ancien joueur des Marroons de Waterloo dans un état semi-conscient. Les pinces de désincarcération avaient été nécessaires pour l'extirper de son véhicule. Malgré plusieurs manoeuvres de réanimation tentées sur les lieux de l'accident, le décès du jeune homme a été constaté à l'hôpital de Granby.

L'autre conducteur impliqué dans la collision était un quinquagénaire qui avait subi de graves blessures. Il s'est toutefois tiré d'affaire.

Un enquêteur de la Sûreté du Québec de la MRC de la Haute-Yamaska s'était ensuite rendu sur les lieux de la collision pour reconstituer la scène.

Le rapport d'enquête qui en est issu fait état «d'un impact à haute vélocité relative de 90 km/h».

Comme les analyses toxicologiques n'ont rien décelé dans le sang de la victime, que «les pneus arrière de l'auto de Monsieur étaient très usés, presque lisses», que «la route est droite et plane» et que «la chaussée asphaltée est mouillée, mais en bon état», la coroner Paquette a conclu qu'il y aurait eu aquaplanage, confirmant qu'il s'agit d'une mort accidentelle.

En conséquence, elle recommande à la Société de l'assurance automobile du Québec d'intégrer à ses campagnes de prévention un message sur l'importance de rouler avec des pneus non usés et sur les risques d'aquaplanage. La coroner demande aussi à ce que ce message soit repris par les écoles de conduite automobile.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer