Plan d'action pour combattre l'agrile du frêne : le but, ralentir sa progression

La présence de l'agrile du frêne a été... (photo Alain Dion)

Agrandir

La présence de l'agrile du frêne a été détectée dans le parc Joseph-Charles Berthiaume, à Granby, expliquent Danielle St-Jean, contremaître au parc et terrain de jeux, et Serge Drolet, coordonnateur à l'environnement à la Ville.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) La présence de l'agrile du frêne a été confirmée dans un parc à Granby l'automne dernier. Et, comme les frênes représentent 20 % de la forêt publique, l'administration municipale n'a pas tardé à réagir. Les élus ont donné le feu vert à la mise en oeuvre d'un plan d'action pour faire face à cet insecte extrêmement nuisible originaire d'Asie. Ils ont accepté d'y allouer un budget de 60 000 $ en 2014.

«On ne peut pas faire disparaître l'agrile du frêne. Ce qu'on vise, c'est ralentir sa progression», souligne le coordonnateur en environnement à la Ville, Serge Drolet. Celui-ci a rencontré La Voix de l'Est, hier, avec Danielle St-Jean, contremaître aux parcs et terrains de jeux, au parc Joseph-Charles Berthiaume, rue Brignon.

C'est dans ce petit espace vert, coincé entre les rues Saint-François et Maisonneuve, qu'une larve d'agrile du frêne a été identifiée - et confirmée par l'Agence canadienne d'inspection des aliments - en octobre dernier. L'arbre ne présentait aucun symptôme. Sa présence a été détectée par une opération de dépistage par écorçage, explique Danielle St-Jean. «On a fait ça à titre préventif et on a bien fait. On se croise les doigts pour qu'il n'y en ait qu'ici», dit-elle.

Tous les détails dans notre édition de mardi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer