Pour avoir brûlé son ami : un ado en garde fermé

«Chaque jour, j'espère me réveiller et que rien...

Agrandir

«Chaque jour, j'espère me réveiller et que rien ne s'est passé», dit Stéphanie Doré, dont le fils Marc-Antoine se remet de brûlures au troisième degré. Son assaillant a écopé de 18 mois en garde fermée.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Stéphanie Doré n'entretient pas de haine envers l'adolescent qui, par accident dit-elle, a causé des brûlures sur 65 % du corps de son fils. Mais elle souhaite que sa condamnation lui soit salutaire.

«J'espère que ça lui servira de leçon et qu'il y pensera à deux fois la prochaine fois, qu'il l'aura dans la tête longtemps», dit la mère de famille, rencontrée hier dans son modeste logement de Granby. «Pas besoin de se conter de menteries, il a scrappé sa vie.»

Le visage strié et boursouflé, un pouce manquant, plutôt renfermé sur lui-même, son fils Marc-Antoine, 14 ans, traverse lentement la cuisine durant l'interview. Il ne veut pas faire de commentaires. «Il ne parle pas beaucoup, dit Mme Doré. Pour lui, c'est moins compliqué d'essayer de ne pas en parler.»

Une juge du Tribunal de la jeunesse a rendu sa sentence lundi contre l'adolescent coupable d'avoir aspergé Marc-Antoine d'essence - dans l'idée d'imiter une série télé mettant en vedette des cascadeurs - puis de l'avoir transformé en torche humaine. C'était le 11 juillet dernier, dans un logement de la rue Déragon.

Tous les détails dans notre édition de jeudi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer