| Commenter Commentaires (3)

Pascal Bonin dans la Course à la mairie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Pascal Bonin a eu de fréquentes prises de bec avec le maire Richard Goulet au cours des quatre dernières années. Ils ont maintenant une nouvelle raison de croiser le fer: tous deux tenteront de se faire élire au poste de maire en novembre prochain. Pascal Bonin se lance à son tour dans la course, a-t-il confirmé hier à La Voix de l'Est.

«Je suis toujours seul au conseil avec les valeurs que je prône, mais je sens un appui très fort dans la population. Il fallait que je tranche. Et il n'était pas question de refaire un autre quatre ans comme celui que je viens de passer», explique Pascal Bonin, qui fait figure de «mouton noir» au sein du conseil avec ses positions souvent contraires à celles de l'ensemble des élus.

Pascal Bonin dit avoir pris le temps de bien réfléchir avant de prendre sa décision. Il a consulté sa famille, ses proches. Il a aussi «pris le pouls» des citoyens au cours des dernières semaines. La réception qu'il a reçue (il dit avoir récolté 120 signatures, en deux heures, pour appuyer sa mise en candidature) l'encourage à briguer la mairie avec l'intention d'y insuffler un vent de changement. «Le règne du roi de la dépense tire à sa fin», laisse-t-il tomber.

Gel du compte de taxes

Pascal Bonin dit prôner une «gestion responsable». À ce titre, il affirme se situer «à côté de Michel Duchesneau et à côté de Richard Goulet». «Je n'ai pas pour mission de remettre la dette à zéro. Je suis plus dans le milieu. On doit arrêter de mettre de l'argent dans les choses moins prioritaires», dit celui qui représente le district sept depuis 2009. Pour l'heure, il ne souhaite toutefois pas entrer dans les détails de ce qu'il juge moins prioritaire, mais il promet d'y revenir plus tard.

Un des éléments clés de son programme électoral sera d'ailleurs un «gel du compte de taxes pour les quatre prochaines années», quitte à réduire le taux de la taxe foncière en 2016, lors de l'entrée en vigueur du nouveau rôle d'évaluation. «La capacité de payer des citoyens a ses limites. L'élastique a été étiré jusqu'au bout», estime le candidat de 40 ans, père de trois enfants.

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

Commentaires (3)
    • Bravo 1000 fois M. Bonin, vous êtes inspirant.

    • A babylone, commentaire très insultant pour tous les payeurs de taxes de Granby qui considèrent que les dépenses extravagantes du roi Richard sont en train de les étouffer. Qui pensez-vous paiera la dette faite par ce mégalomane? Nous, nos enfants et nos petits-enfants. M. Bonin nous propose une ville qui se développe en accord avec les priorités des citoyens. C'est tu si dure que ça à comprendre.
      Je suggère à tous d'aller voir les bécosses du maire à 500,000$ et de répondre honnêtement à la question suivante: Ça vaut tu vraiment cette somme?

    • M. Bonin est le pendant des zoufs américains du Tea Party!
      Bonne chance Granby avec ce mini Duchesneau.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer