Maison Knowlton: un appel et une proposition

Le club de golf propose depuis deux ans... (photo Janick Marois, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le club de golf propose depuis deux ans de déménager l'ancienne maison du fondateur de Knowlton, Paul Holland Knowlton, sur un autre site.

photo Janick Marois, archives La Voix de l'Est

Partager

Sur le même thème

Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Lac-Brome) Le club de golf de Knowlton en appellera du refus du comité de démolition de la Ville de Lac-Brome de lui accorder un permis pour démolir la maison Knowlton. En même temps, la direction du club formulera une autre proposition pour trouver une solution pour la préserver... ailleurs que sur son terrain.

Les dirigeants du club de golf déposeront dans les prochains jours une proposition écrite au conseil municipal pour régler ce qu'on peut décrire comme une saga. Il s'agira d'une nouvelle proposition, assure Louise Côté, directrice générale de l'organisme. Le club de golf propose depuis deux ans de déménager l'ancienne maison du fondateur de Knowlton, Paul Holland Knowlton, sur un autre site. Il offre même de contribuer au montant de 10 000$ aux coûts engendrés par une telle opération.

Mme Côté n'a pas voulu dévoiler la teneur de la proposition. Elle a toutefois dit que la maison construite en 1815 devait être déménagée et a laissé entendre que la participation financière du club allait être haussée. «On ne veut pas que l'héritage qu'a laissé Paul Knowlton disparaisse. Pas du tout. On veut le sauvegarder. On veut que les gens puissent découvrir la maison. Mais on doit trouver un endroit où la déménager», a-t-elle dit en entrevue.

Quant à l'appel de la décision du comité de démolition, Mme Côté souligne que le club de golf tient à protéger ses droits. L'organisme a 30 jours pour en appeler. La décision du comité de démolition remonte au 25 mars.

Lors de l'assemblée publique du comité, à laquelle 75 citoyens avaient assisté, les trois membres du comité de démolition avaient unanimement rejeté la demande du club de golf. La décision mentionnait le «caractère patrimonial indéniable du bâtiment», «l'intérêt du public» pour la maison, ses «liens historiques» et sa «valeur symbolique et intégratrice pour une ville à statut bilingue».

Mme Côté est persuadée qu'une entente pour la sauvegarde de la maison est à portée de main. «Ça ne se peut pas que le bon sens ne prenne pas le dessus. Il y a de la volonté des deux côtés pour trouver une solution.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer