«Voilà une heure et demie, on était là!»

Stéphane F. Tremblay, souriant, après avoir complété l'épreuve... (photo fournie)

Agrandir

Stéphane F. Tremblay, souriant, après avoir complété l'épreuve en 2h58. Il était loin de se douter de ce qui allait survenir un peu plus tard.

photo fournie

Partager

Sur le même thème

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Lundi après-midi, le marathonien Stéphane F. Tremblay était déjà à 100 km de Boston, en route vers Granby, quand un message est apparu sur son cellulaire. «Es-tu correct???», lui a demandé son frère avec inquiétude.

Puis ce texto a été suivi d'un second, faisant référence à une explosion au marathon. C'est à ce moment que M. Tremblay et sa conjointe ont compris que quelque chose venait de s'y passer. Le couple, qui était sur les lieux de l'attentat quelque temps plus tôt, s'est empressé d'allumer la radio dans l'auto.

«On entendait les informations en direct sur une chaîne de Boston. On s'est dit: voilà une heure et demie, on était là! Il y a eu un long silence dans l'auto. Je ne suis jamais passé aussi près de quelque chose comme ça...»

Tous les détails dans notre édition de mercredi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer