CPE : «De la pure improvisation»

Linda Gince, propriétaire de la garderie Les Minis-Apprentis,... (photo janick marois)

Agrandir

Linda Gince, propriétaire de la garderie Les Minis-Apprentis, est outrée des compressions annoncées par la ministre de la Famille.

photo janick marois

Partager

Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Les coupes sans précédent de 56,2 millions de dollars dans les Centres de la petite enfance (CPE) et les garderies privées, annoncées ces derniers jours par le gouvernement Marois, soulèvent l'indignation chez les parents et les dirigeants d'établissements touchés.

Directeur général du CPE Le Zèbre carotté d'Ange-Gardien, Claude Jetté estime que la ministre de la Famille Nicole Léger est «complètement dans le champ». «Je suis d'accord, le gouvernement doit couper à plusieurs endroits pour diminuer le déficit, mais pas de cette façon-là. C'est de la pure improvisation», lance-t-il.

Les compressions imposées visent principalement les enfants de quatre ans. Les CPE et les garderies privées subventionnées, qui recevaient 39$ par jour pour chaque enfant de 18 mois et plus, incluant la contribution parentale de sept dollars, verront respectivement leur budget amputé de 37,9 millions et 18,3 millions en 2013-2014, et ce, à compter du 1er juillet.

Mais Québec ne compte pas s'arrêter là. Les coupes seront de l'ordre de 10 millions pour les CPE et cinq millions pour les garderies privées l'année suivante. Tout ceci survient alors que des enfants de quatre ans issus de milieux défavorisés s'apprêtent à faire leur entrée à la maternelle à temps plein.

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer