Un caillou et des hommes

La cinéaste Dominique Parent a présenté hier en... (photo Danièle Francis)

Agrandir

La cinéaste Dominique Parent a présenté hier en première son documentaire Le galet déconcertant, tourné dans la région de Glen Sutton.

photo Danièle Francis

Partager

Sur le même thème

Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Sutton) C'est devant une foule enthousiaste réunie à la salle Alec& Gérard Pelletier à Sutton, que le documentaire Le galet déconcertant réalisé par Dominique Parent et tourné dans la région de Glen Sutton, a été présenté en première, hier.

L'aventure de la cinéaste a pris naissance quand elle a découvert un galet strié des deux côtés dans un ruisseau près des monts Sutton. La documentariste a été intriguée, voire obnubilée, par ces incisions. S'agissait-il d'un fossile ou d'une inscription humaine datant de la préhistoire?

«Je transportais ma roche partout pour la montrer aux gens. Mes proches m'ont bien taquinée avec mon histoire de caillou. J'ai bien pris ça. Et plutôt que m'arrêter, ça n'a fait que m'encourager davantage», confie-t-elle. Comme les spécialistes de tous horizons à qui elle a transmis des clichés des incisions de son mystérieux galet n'en venaient pas à un consensus, elle a décidé de pousser la démarche plus loin.

«Les cailloux ne voyagent pas. Prends-en un et amène-le plus loin.» Cette citation de Nicole O'Bomsawin, une conteuse amérindienne que la documentariste a rencontrée, décrit bien la trame de fond du film.

Tous les détails dans notre édition de lundi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer