L'Hebdo Floride, branché sur la communauté québécoise

«C'est le plus beau défi de ma carrière»,... (photo Karine Blanchard)

Agrandir

«C'est le plus beau défi de ma carrière», affirme Robert Leblond, qui est rédacteur en chef de l'Hebdo Floride, un journal qui a vu le jour il y a deux ans.

photo Karine Blanchard

Partager

Sur le même thème

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Hollywood) À l'aube de la soixantaine, le journaliste Robert Leblond relève le plus beau défi de son parcours professionnel: rédacteur en chef de l'Hebdo Floride. «C'est le plus beau défi de ma carrière, surtout que je suis rendu à un point où je vais en avoir de moins en moins, de défis. En plus, le journal va très bien», raconte celui qui est aussi collaborateur dans les pages de La Voix de l'Est.

Pendant quelques années, il a travaillé pour un autre journal en Floride avant de se lancer dans une nouvelle aventure il y a deux ans: fonder le nouvel Hebdo Floride, propriété d'un couple de Québécois. «Ça faisait longtemps que nos éditeurs voulaient investir dans un journal en Floride. Nos planètes étaient alignées. On s'est donné rendez-vous dans un restaurant et le journal a pris forme sur des napkins!», raconte le Waterlois.

Le journal emploie une équipe d'une trentaine de personnes, dont une vingtaine de journalistes, chroniqueurs et collaborateurs, comme Jocelyne Cazin, le Granbyen Camille Fortier et la conjointe de M. Leblond, Marielle Perras, une infirmière à la retraite. Et leur hebdomadaire est déjà bien encré dans les habitudes des lecteurs. «On est un journal de gros quartier parce qu'on couvre un grand territoire ici. Les gens viennent de partout au Québec, du Nouveau-Brunswick et de l'Ontario. C'est un outil pour eux. On leur donne des suggestions pour des sorties, des activités, le golf ainsi que de l'information», énumère le journaliste d'expérience.

Hebdo Floride est disponible gratuitement dans 420 points de distribution de West Palm Beach à Miami, de la mi-octobre à la mi-avril. En début de saison, environ 8000 copies sont imprimées. Lorsque les Québécois arrivent massivement en Floride, le tirage augmente jusqu'à 25 000 copies. «Partout où il y a des Québécois, on est là!», illustre Robert Leblond. À certains endroits, une deuxième livraison est même nécessaire tellement les présentoirs se vident à la vitesse de l'éclair. Le journal est aussi disponible sur le web. Un projet est sur table pour distribuer cet hebdo au Québec, indique le rédacteur en chef. Un dossier à suivre...

Le travail de Robert Leblond ne se limite pas qu'à l'écriture de quelques papiers et à l'"édito de Bob". "Dès que quelque chose se passe ici, on m'appelle. Comme on est toujours ici, on est pas mal au courant de tout. Si par exemple un Québécois se fait assassiner, tout de suite ça appelle et on va les mettre en contact avec les autorités nécessaires", dit celui qui a récemment participé à des émissions à la radio de Radio-Canada et au 98,5 FM avec Isabelle Maréchal.Son implication à l'Hebdo Floride met toutefois en veilleuse ses projets de voyage avec sa conjointe dans des destinations exotiques, mais ça en vaut plutôt la peine! "Ça nous donne l'occasion de venir passer l'hiver ici. La vie quand tu passes ton hiver ici, c'est comme à la maison, sauf qu'on n'a pas le froid", a-t-il dit alors que le mercure atteignait 30 degrés Celcius près de la plage à Hollywood.Et si c'était à refaire? "Je recommencerais demain matin, parce qu'au Panama, ils n'ont pas besoin de rédacteur en chef, lance à la blague M. Leblond. Je vais rester associé avec le journal tant et aussi longtemps qu'ils voudront me garder et qu'on voudra rester ici!"

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer