Chassés du paradis Seminole Estates

Des résidences s'apprêtent à être déménagées vers un... (photo Karine Blanchard)

Agrandir

Des résidences s'apprêtent à être déménagées vers un autre parc de maisons mobiles.

photo Karine Blanchard

Partager

Sur le même thème

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Hollywood) Des maisons sont en pièces détachées, ou encore juchées sur des blocs de béton dans l'attente d'être déménagées, et des dizaines de terrains sont déserts: bienvenue à Seminole Estates. Les centaines de vacanciers qui croyaient profiter d'un véritable petit coin de paradis au parc de maisons mobiles d'Hollywood devront quitter les lieux, car les propriétaires ont d'autres projets en tête.

Plus de 750 propriétés étaient installées dans ce parc, dont plus de la moitié appartenant à des Québécois qui venaient y passer l'hiver. Nicole et Yvon Tellier, de Sainte-Cécile-de-Milton, font partie de ceux-là.

«On a reçu une lettre datée du 14 septembre 2012 pour nous aviser que nous avions jusqu'au 30 juin 2013 pour sortir du Seminole», explique la copropriétaire du camping Oasis.

Les propriétaires du parc - des Indiens séminoles - reprennent ainsi possession de leur terrain pour y loger leurs pairs. Une situation qui rime avec malheur pour les résidants qui croyaient, pour plusieurs, être bien installés pour y vivre jusqu'à la fin de leurs jours.

«Je suis certaine qu'il y aura de grandes dépressions... Mon voisin a été obligé d'abandonner sa propriété, mais il n'a pas fini de la payer», laisse tomber Mme Tellier.

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer