Le jeune Cowansvillois Pier-Gabriel Lajoie fait des débuts hors normes au grand écran

Dans Gerontophilia, Pier-Gabriel Lajoie joue le rôle de... (photo La Presse)

Agrandir

Dans Gerontophilia, Pier-Gabriel Lajoie joue le rôle de Lake, un jeune homme amoureux d'un vieillard. La comédienne québécoise Marie-Hélène Thibault y incarne sa mère.

photo La Presse

Partager

Sur le même thème

Véronique Chagnon
La Voix de l'Est

Le site web du réalisateur Bruce LaBruce avertit l'internaute: «Vous devez avoir 18 ans pour entrer sur ce site, si vous n'avez pas 18 ans, partez, et revenez quand vous les aurez.» Le cinéaste coloré a la réputation d'inclure de la pornographie gay dans ses films, mais, même si Pier-Gabriel Lajoie est tout juste assez vieux pour consulter son site web - le comédien a eu 18 ans en 2012 -, il fera ses débuts au grand écran dans le prochain film de l'une des figures emblématiques du cinéma queer.

Gerontophilia, dont le titre sans équivoque pique déjà la curiosité des médias, raconte l'histoire d'un jeune homme (Pier-Gabriel Lajoie) attiré par les hommes âgés qui obtient un job d'été dans un centre de soins et vit une histoire d'amour avec un vieillard (Walter Borden), qui reconnaît en lui son amour de jeunesse. Un sujet tout en légèreté pour un jeune homme à peine entré au Conservatoire Lassalle... «Je l'ai vu comme l'occasion parfaite de sortir de ma zone de confort», résume simplement Pier-Gabriel, pas du genre à s'enfarger dans les fleurs du tapis.

Une histoire d'amour (presque) comme les autres

Bruce LaBruce décrit son prochain film - plus «grand public» que ses précédents, et dont la sortie est prévue autour de mai 2013 - comme une histoire de voyage. D'abord parce que le personnage de Pier-Gabriel, Lake, emmène son amoureux dans une escapade vers l'océan, mais aussi parce que le vieux comme le jeune se projettent à une époque où ils avaient tous deux le même âge. Un Harold et Maude gai, en quelque sorte, dans lequel LaBruce souhaite rendre le fétichisme de son personnage central «presque normal, sinon compréhensible».

Il semble du moins avoir réussi à convaincre Pier-Gabriel. «L'amour, c'est un état d'esprit; c'est un couple pas comme les autres, mais presque, finalement. C'est certain que d'embrasser un homme, et une personne âgée par-dessus le marché, c'était la première fois que je faisais ça, admet-il. Mais, une fois dans le personnage, dans l'histoire et la passion qu'ils ressentent l'un pour l'autre, c'était plutôt naturel. Ça n'était pas si bizarre que ça peut paraître.» Il insiste: «Ce n'est pas moi, Pier-Gabriel, qui était en train d'embrasser un homme, c'était Lake.»

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer