Waterloo: l'avenir du lac fait des vagues

«Le maire (Pascal Russell) propose un projet sur... (photo Stéphanie Mantha)

Agrandir

«Le maire (Pascal Russell) propose un projet sur 20 ans et dit que ce n'est pas une priorité. Le lac est aux soins intensifs et on ne peut pas s'en occuper dans vingt ans. C'est une urgence et il faut agir», affirme le président des Amis du bassin versant du lac Waterloo, Richard Morasse, photographié ici lors de l'assemblée générale de l'organisme tenue samedi dernier.

photo Stéphanie Mantha

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Étienne Fortin-Gauthier
La Voix de l'Est

(Waterloo) L'assemblée générale annuelle des Amis du bassin versant du lac Waterloo a fait éclater au grand jour un profond désaccord sur la marche à suivre pour sauver le plan d'eau de la municipalité. Une présentation-surprise du maire, Pascal Russell, a provoqué la colère du CA de l'organisme. Son président accuse M. Russell de revenir sur sa parole et de ne pas se rendre compte de l'urgence de la situation.

«Le maire a annoncé qu'il souhaite adopter une surtaxe pour le lac et il s'est rétracté quant aux sommes promises pour effectuer l'étude de caractérisation, une étape critique pour la suite du projet. C'est une présentation-surprise et inappropriée qui a fait peur aux gens. C'était destructeur et il va maintenant devoir répondre de ses actes», affirme Richard Morasse, qui a pris la parole hier au nom du conseil d'administration des Amis du bassin versant du lac Waterloo.

L'organisme estime que des tests sur la dangerosité des sédiments présents dans le lac doivent être menés dès le printemps. Il sera alors possible de déterminer quelle stratégie adopter pour retirer rapidement ces sédiments et surtout, pour connaître le coût total de l'opération. «Si on n'embarque pas dans le projet, ce sera la mort du lac. Le maire propose un projet sur 20 ans et dit que ce n'est pas une priorité. Le lac est aux soins intensifs et on ne peut pas s'en occuper dans vingt ans. C'est une urgence et il faut agir. S'il n'y a plus de lac à Waterloo, il n'y a plus de ville, c'est aussi simple que ça», ajoute M. Morasse.

Le maire de Waterloo, Pascal Russell, dit ne pas comprendre la réaction du groupe. Il défend la présentation qu'il a faite samedi. «Les gens étaient contents quand je suis parti et maintenant, il y a trois intervenants de l'organisme qui tentent de soulever la foule. Les élections s'en viennent, on dirait qu'ils tentent de faire du chantage émotif», réplique le premier magistrat de la municipalité de 4000 habitants.

Tous les détails dans notre édition de mardi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer