Terminées les restrictions d'eau potable à Lac-Brome?

«On ne pouvait pas prendre de chance avec... (photo Alain Dion)

Agrandir

«On ne pouvait pas prendre de chance avec la santé des gens. On a fait ce qui devait être fait, on les (les puits) a fermés», a dit le maire de Lac-Brome, Gilles Decelles.

photo Alain Dion

Partager

Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Lac-Brome) Les citoyens de Lac-Brome pourraient ne plus être frappés par d'importantes restrictions sur la consommation d'eau potable. La municipalité croit pouvoir augmenter substantiellement son approvisionnement en activant deux nouvelles sources d'eau d'ici les deux prochaines années. Elle n'aurait donc plus à faire venir des camions-citernes pour alimenter son réseau d'aqueduc.

«On pense que ça va régler le problème», affirme Carl Fiset. L'ingénieur a été embauché en août par la Ville avec comme premier mandat de trouver des solutions au problème récurrent de manque d'eau. Son analyse lui a permis de faire d'étonnantes découvertes, notamment que la Ville opérait deux puits illégalement (voir encadré). Il présentera les conclusions de son travail ce matin à la population lors d'une assemblée d'information au Centre Lac-Brome, à 10h.

Les problèmes d'approvisionnement en eau potable sont bien connus à Lac-Brome. Depuis plusieurs années, la Ville dépense des dizaines de milliers de dollars en travaux de prospection d'eau. Ces recherches ont porté fruit puisque deux sources exploitables ont été identifiées suite à des forages. Une première source, appelée pour le moment la galerie d'infiltration d'essai, creusée en 2007, offre une eau de grande qualité et un débit régulier de 280 litres d'eau par minute (l/m). La deuxième source, appelée la grande galerie, creusée l'année dernière et qui se trouve tout près de la première, a un débit constant de 665 l/m. L'eau aussi est de bonne qualité, mais elle renferme du manganèse, souligne M. Fiset, à un taux de 0,5 milligramme par litre. Elle peut être filtrée, assure le jeune ingénieur. Le coût est cependant imposant - 500 000$.

Autorisations

Le processus pour faire approuver les deux sources est en cours, a dit M. Fiset. De nombreux tests, échelonnés sur plusieurs mois, sont exigés du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs pour obtenir les autorisations. La galerie d'infiltration pourrait être utilisée avant la prochaine saison estivale, tandis que la grande galerie pourrait être reliée au réseau d'aqueduc vers la fin de 2013.

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer