Eaux de surface dans Brome-Missisquoi : la MRC se dotera d'un plan d'action

Robert Desmarais, directeur général de la MRC Brome-Missisquoi.... (photo Alain Dion)

Agrandir

Robert Desmarais, directeur général de la MRC Brome-Missisquoi.

photo Alain Dion

Partager

Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) La qualité de l'eau des rivières et des lacs passe par la gestion des eaux de surface, estiment les maires de la MRC Brome-Missisquoi. Ils proposent une série de mesures pour limiter les effets d'érosion des sols lors des périodes de fortes averses et pour réduire l'impact humain sur les cours d'eau. Restera aux élus à décider si les municipalités seront libres d'appliquer ou non les nouveaux règlements.

 

 

 

 

L'équipe d'aménagement du territoire de la MRC vient de recevoir le mandat du conseil des maires pour préparer un plan d'action sur la gestion de l'eau. Il s'articulera autour de sept points précis: le contrôle de l'érosion, la protection des bandes riveraines, la conformité des installations septiques, les moyens de limiter les surverses des municipalités, la protection des milieux humides, la sensibilisation des citoyens aux objectifs visés et la formation des employés municipaux aux futures règles environnementales.

Ces mesures découlent du sommet sur la gestion des eaux de surface qui a réuni, le 23 octobre dernier, les maires de la MRC, de hauts fonctionnaires des 21 municipalités et de la MRC ainsi que des représentants des deux principaux organismes de bassins versants de la région. Les échanges ont été francs et plusieurs points ont fait consensus, souligne Robert Desmarais, directeur général de la MRC. «Les maires sont conscients des problèmes. Ce n'est pas la première fois qu'on en parle, mais la préparation d'un plan d'action est un premier pas important. C'est le fait de dire "On y va, on passe à l'action"», a-t-il dit hier en entrevue.

Névralgique

Des sept mesures à développer, le contrôle de l'érosion apparaît le plus névralgique, autant par les difficultés qu'il représente que par la sensibilité des municipalités sur cette question. Les spécialistes de la MRC devront, entre autres choses, trouver des moyens d'améliorer les fossés pour qu'ils ralentissent la vitesse des eaux de pluie tout en captant les sédiments ainsi que de nouvelles façons de concevoir des routes. Ils devront par ailleurs étudier les effets des eaux de pluie dans les secteurs escarpés et sur les terrains dénudés où des constructions résidentielles sont en cours.

Tous les détails dans notre édition de vendredi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer