La nouvelle aventure de Nathalie Simard

«J'ai réalisé une chose: quand tu es une... (photo Marc-André Boisvert)

Agrandir

«J'ai réalisé une chose: quand tu es une bonne personne et que tu sèmes du bon, il t'arrive toujours de belles choses», explique Nathalie Simard, qui procédera aujourd'hui à l'ouverture officielle du Grand Marché de Wickham.

photo Marc-André Boisvert

Partager

(Granby) Oui, il s'en est passé des choses dans la vie de Nathalie Simard au cours des dernières années. Et pas juste des choses agréables, on le sait. Mais on dira ce qu'on voudra, la dame est une battante. Et voilà qu'elle vibre au rythme d'un nouveau projet. Un gros projet.

Pas plus tard qu'aujourd'hui, ses associés et elle procéderont à l'ouverture officielle du Grand Marché de Wickham, un immense marché aux puces de 400 emplacements où la famille pourra trouver de tout et s'amuser à son goût, paraît-il. Les locaux sont situés dans l'ancienne usine de Beaulieu Canada, qui a fermé ses portes il y a quelques années.

Pour vivre l'aventure à plein, Nathalie Simard et son mari, Lévis Guay, ont quitté Bromont afin de s'installer à Wickham, petite municipalité située entre Acton Vale et Drummondville. C'est pleine d'espoir qu'elle a quitté une région qu'elle a «profondément aimée», pour reprendre ses propres mots.

«J'ai réalisé une chose: quand tu es une bonne personne et que tu sèmes du bon, il t'arrive toujours de belles choses, explique-t-elle. C'est vrai que les dernières années n'ont pas été faciles, mais j'ai semé, j'ai semé beaucoup. Et là, il y a plein de belles choses qui arrivent. Je suis bien et je crois en un bel avenir pour moi et pour ma famille.»

De l'oxygène

Le Grand Marché de Wickham, c'est d'abord et avant tout l'idée et le projet de son mari. Au dire de Nathalie Simard, tout s'est déroulé rapidement à la suite d'une visite de l'ancienne usine de Beaulieu Canada, l'été dernier.

«Lorsqu'il a mis les pieds dans l'endroit, Lévis a eu des frissons et il a vu tout ce qu'il était possible de faire. On a discuté longuement et on s'est lancés. C'est une belle aventure, une grande aventure, quelque chose qui nous donne de l'oxygène à pleins poumons.»

La famille, la famille universelle, est au coeur du projet, dit-elle.

«La famille, c'est la base de notre société. Mais on l'étouffe, la famille. Tout coûte cher, il faut travailler comme des fous pour arriver et parce qu'on travaille comme des fous, on n'a plus de temps de qualité ensemble. Au Grand Marché, les jeunes vont pouvoir s'amuser et leurs parents vont pouvoir relaxer et se procurer de belles affaires à très bon prix.»

Bien sûr, Nathalie a quelque chose à vendre, direz-vous. Et c'est vrai.

«On est en affaires, mais on peut être en affaires et vouloir faire du bien aux gens, non? Je crois très fort en ce qu'on fait.»

Et si vous allez faire votre tour à Wickham, vous pourrez même l'entendre chanter de temps en temps.

«On a aménagé une très belle scène. Du jeudi au dimanche, il y aura des spectacles en continu. Mon frère Régis est aussi impliqué dans le projet. Lui, il a toujours été là pour moi. On s'amuse beaucoup ensemble.»

Et qu'en est-il de l'album de musique country qu'elle projetait?

«Le projet n'est pas mort, il a simplement été reporté. À un moment donné, je me suis rendu compte que je n'étais peut-être pas entourée des bonnes personnes pour le mener à terme. Je vais y revenir un peu plus tard...»

Car présentement, elle a autre chose en tête.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer